Sommet de l’ONU: Charles Michel propose de doubler la contribution belge à la lutte climatique

Sommet de l’ONU: Charles Michel propose de doubler la contribution belge à la lutte climatique
Belga

Le Premier ministre Charles Michel a annoncé lundi, lors du Sommet spécial de l’ONU d’action pour le Climat, qu’il proposera au Parlement de doubler la contribution belge à la lutte contre le changement climatique.

Actuellement, la partie fédérale de ces financements atteint les 85 millions d’euros. M. Michel envisagerait ainsi de porter cette somme à quelque 160 millions d’euros, comme le lui avait réclamé la Coalition Climat dans un courrier adressé avant le sommet, indiquait-on dans l’entourage du chef du gouvernement en affaires courantes.

Le financement de la Belgique en faveur du climat passe par différents canaux: des contributions à des fonds multilatéraux tels que le Fonds vert pour le Climat et le Fonds pour les pays les moins avancés, mais aussi via des canaux bilatéraux (BIO, Enabel et coopération non gouvernementale).

Affaires courantes obligent, le Premier ministre proposera ce doublement devant le Parlement. D’autres pays comme la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Norvège se sont aussi engagés à doubler leurs financements.

►Sommet sur le climat: une dizaine de jeunes dont Greta Thunberg portent plainte contre 5 pays pollueurs

Le futur président du Conseil européen a par ailleurs inscrit clairement la Belgique dans la perspective européenne de l’atteinte de la neutralité carbone en 2050.

Cela signifie que les pays s’engagent à réduire au maximum leurs émissions et à compenser le reliquat, par exemple en replantant des arbres, qui absorbent le carbone de l’air.

Ce but était considéré si radical en 2015 que le terme avait été exclu du texte de l’accord de Paris, mais il est en train de s’imposer, à la faveur des intempéries (canicules, cyclones, fontes des glaciers) et des mobilisations de rue, des jeunes en particulier.

Devant l’ONU, M. Michel a évoqué «un cri du coeur adressé à nos consciences par les jeunes générations», quelques heures après un plaidoyer très dur de la jeune activiste suédoise Greta Thunberg à l’égard des dirigeants.

Le changement climatique est «le défi de ce siècle», a tranché le libéral.«Nous allons réussir», a-t-il assuré, disant compter sur l’innovation, l’intelligence et la détermination pour franchir cet «obstacle majeur auquel est confrontée l’humanité.»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  2. PHOTONEWS_10798099-022

    Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir

  3. Conner Rousseau ne porte pas un pull à capuche uniquement pour une question de confort. Le président du SP.A a lancé sa propre ligne de vêtements au profit des centres de préventions pour le suicide. Ces derniers sont menacés par les mesures d’économies du gouvernement flamand. © Pierre-Yves Thienpont.

    Conner Rousseau (SP.A) au «Soir»: «Des élections? Ce serait la fin de la Belgique!»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite