Accueil Économie Entreprises

Stéphane Moreau sur les ventes de Nethys: «Les règles ont été respectées à la lettre»

L’administrateur délégué de Nethys s’est exprimé suite aux révélations médiatiques sur les cessions de plusieurs de ses activités concurrentielles, dont le télédistributeur Voo, Elicio et Win.

Temps de lecture: 3 min

Toutes les règles ont été respectées à la lettre et même plus qu’à la lettre », a réaffirmé lundi soir Stéphane Moreau, l’administrateur délégué de Nethys, lors de la réunion extraordinaire du conseil provincial de Liège.

Cité dans de précédentes affaires, Stéphane Moreau a conclu une transaction financière avec le parquet

À l’ordre du jour de cette séance publique au cours de laquelle les débats ne peuvent toutefois être ni enregistrés, ni filmés en application du règlement d’ordre intérieur de l’assemblée provinciale : la situation d’Enodia (ex-Publifin) et de sa filiale Nethys, au cœur de l’actualité après des révélations médiatiques sur les cessions de plusieurs de ses activités concurrentielles, dont le télédistributeur Voo, Elicio et Win, sans qu’en soit informé le conseil d’administration de sa maison-mère, dont la province de Liège est l’actionnaire majoritaire, et dans des conditions qui posent question.

« On parle beaucoup de formalisme. Moi, je vais vous parler d’économie et d’emplois », a d’emblée attaqué Stéphane Moreau avant de rappeler l’historique de l’entreprise, lancée grâce à un capital libéré de 133 millions d’euros « qui aujourd’hui sont devenus 3 milliards ».

« C’est très compliqué »

« Nethys, c’est aussi un milliard d’euros de dividendes versés et 900 emplois nouveaux créés. Alors, il me semble que l’intérêt des associés, c’est plus, plus, plus », a poursuivi M. Moreau en estimant par ailleurs à 100 millions d’euros l’impact des fuites liées aux opérations. « Nous sommes à la frontière de 2 mondes et c’est très compliqué : dès qu’une information sort sur la place publique, ça crée des réactions », comme la surenchère de Telenet sur Brutélé, a-t-il justifié.

« Le conseil d’administration de Nethys a été mandaté pour vendre les actifs concurrentiels de l’entreprise à un prix ’fair’, en maximisant l’emploi liégeois et en y gardant les centres de décisions. Ce conseil est composé de professionnels, avec peu de couleur politique, à qui l’on a demandé d’aller vers une société industrielle. Les opérations ont été lancées avec l’appui du bureau de conseils McKinsey, comme l’aurait été une acquisition de la Sonaca aux Etats-Unis par exemple », a encore expliqué l’administrateur délégué de Nethys.

« Que l’on remette désormais en cause l’impartialité de McKinsey, une société d’envergure mondiale, c’est un problème », a-t-il ajouté en réaffirmant une énième fois que « les règles ont été strictement appliquées depuis le début du décret gouvernance ».

Stéphane Moreau, convaincant ?

« Notre mission, c’est de faire en sorte que les emplois restent à Liège et que l’on y développe de nouvelles activités en investissant dans de nouveaux projets. Vous êtes, à la Province, porteurs de ces potentiels espoirs de développement », a-t-il conclu.

Aura-t-il convaincu les membres du conseil provincial ? En tant qu’actionnaires d’Enodia, les représentants de la province, au même titre que ceux des communes, devront se prononcer, via un avis conforme, sur la vente des filiales de Nethys au cours d’un conseil d’administration prévu mercredi. Le nouveau code de gouvernance locale prévoit en effet que toute cession de capitale soit approuvée par l’actionnaire public. Ce décret wallon n’est toutefois entré en vigueur qu’en mai dernier, quelques jours après les deals conclus par Nethys.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par stals jean, mardi 24 septembre 2019, 0:13

    Quand on magouille avec un assureur liégeois bien connu en antidatant un contrat d'assurance afin de faire payer par l'assureur en question un misérable dommage de voisinage, quand on s’associe avec des vrais malfras de l'immobilier de la drogue du proxénétisme copains avec le Vlams belang et la NVA, mais aussi amis de longue date ami d'un bourgmestre de Seraing et mafieu bien connu, et de bart De Wever, avec résultat de faire perdre des millions d'euros au fond de pension liégeois Ogéo, quand de plus on est patron de ce qui était Publifin, puis de Nethys, quand pas con on prend la précaution de négocier un accord financier avec le parquet, tout aussi voyou d'ailleurs, on ne doit pas s'étonner d'être la cible des journalistes d'investigation, sans lesquelles nos démocraties ressemblerait bien souvent à ce qui se pratique "entre amis" dans les dictatures chinoises, russes, africaines, brésiliennes, et j'en passe et des meilleurs...

  • Posté par Pablos Gino, lundi 23 septembre 2019, 23:12

    Je propose qu'on lui remette la médaille d'honneur pour services rendu à la nation,mais alors il va falloir qu'il m'explique pourquoi il a négocié un accord financier avec le parquet.

  • Posté par Dechamps Pascal , lundi 23 septembre 2019, 23:09

    Je me suis déjà exprimé concernant l'invraisemblable choix de garder les organisateurs de Comités pas nets et de liquider le groupe "en vitesse", choix exprès des politiques, bleus en particulier pour des raisons purement idéologiques. Maintenant que ces gens s'exécutent et liquident le groupe, je ne m'explique pas l'acharnement de ce journal à saboter les processus en cours. Sauf erreur, Nethys, à tord ou à raison, n'a pas d'obligation de faire appel d'offre public. Il appartient donc aux accusateurs de démontrer l'obligation d'un tel appel et de démontrer, expertise à l'appui, que les valorisations retenues sont spoliatrices. Tout le reste est du bla-bla sans intérêt.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs