Sommet pour le climat à New York: le discours poignant de Greta Thunberg (vidéos)

Sommet pour le climat à New York: le discours poignant de Greta Thunberg (vidéos)
AFP

Le secrétaire général de l’Onu Antonio Guterres et la jeune activiste Greta Thunberg ont ouvert lundi le Sommet Action Climat, à New York, par des mots durs à l’égard des décideurs politiques accusés de fuir leurs responsabilités dans la lutte contre le changement climatique.

Sommet sur le climat: une dizaine de jeunes dont Greta Thunberg portent plainte contre 5 pays pollueurs

«Ma génération a manqué à son devoir de protéger notre planète, nous sommes à l’origine de cette crise climatique, nous devons y apporter une solution», a affirmé le septuagénaire portugais, devant un parterre d’une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement venus réaffirmer leur engagement climatique, voire le renforcer.

A ses yeux, limiter le réchauffement à 1,5°C d’ici la fin du siècle est encore possible. Cet objectif doit passer selon lui par une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 45% d’ici 2030 et la neutralité carbone d’ici 2050, mais aussi par une reconstitution du Fonds climat.

A New York depuis quelques semaines, la jeune suédoise Greta Thunberg, devenue à 16 ans l’une des voix les plus écoutées mais aussi controversées dans le débat climatique, s’est montrée très émue lors de son intervention.

«Les jeunes commencent à comprendre que vous les avez trahis»

«Vous m’avez dérobé les rêves de mon enfance avec vos paroles sans sens, et encore, je suis une des plus chanceuses. Nous sommes au début d’une extinction de masse et vous ne parlez que d’argent et de croissance économique perpétuelle», a-t-elle lancé.

La jeune fille a appelé à écouter les scientifiques «qui nous disent clairement depuis 30 ans» qu’il faut agir. «Si vous comprenez cela et que vous refusez d’agir, alors vous êtes maléfiques et ça, je refuse de le croire», a-t-elle dit aux dirigeants, leur demandant comment on peut «prétendre que cette crise peut être résolue par de simples solutions techniques».

«Les jeunes commencent à comprendre que vous les avez trahis. Si vous décidez d’échouer, nous ne vous le pardonnerons jamais».

Une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement sont appelés ce lundi à la tribune de l’ONU pour prendre de nouveaux engagements climatiques.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite