Problèmes d’insécurité dans le centre de Bruxelles: «Une situation inacceptable», affirme Philippe Close

Problèmes d’insécurité dans le centre de Bruxelles: «Une situation inacceptable», affirme Philippe Close
Bruno Dalimonte

La situation constatée la nuit sur le piétonnier du centre de la capitale sur le plan des nuisances en tous genres est inacceptable « tant en termes d’image que de service à la population. Nous n’allons rien lâcher car nous voulons y mettre un terme. La détermination du corps de police et des services sociaux est entière », a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).

Celui-ci a fait état d’une hausse sensible du nombre d’arrestations judiciaires et sanctions administratives au cours des huit premiers mois de l’année.

M. Close était interpellé par des conseillers communaux des différentes formations de l’opposition (C. Barzin-MR ; M. Vanden Borre-N-VA ; E. Ampe-Open VLD ; B. Debaets-CD&V ; et Riet Dhont-PTB) à propos des problèmes d’insécurité à répétition observés dans cette zone centrale de Bruxelles.

Des personnes en état d’ébriété

Selon le bourgmestre, le gros des problèmes apparaît la nuit. C’est le fait de personnes en errance et/ou en séjour illégal et qui provoquent des nuisances sonores, sont en état d’ébriété, se débarrassent de déchets, mais commettent aussi une série d’autres infractions.

Face à cela, la police a renforcé sa présence, avec et sans uniforme, à pied, à vélo et à bord de véhicules sur l’axe nord-sud depuis la place De Brouckère jusqu’à Lemonnier.

Des actions et projets ont également été menés en collaboration avec le parquet, en ce compris des opérations de contrôles d’identité systématiques menées en des endroits et à des moments prédéterminés. D’autres ont été menées avec la STIB dans les stations de métros et aux arrêts situés à leur proximité.

Nombre d’arrestations en augmentation

Tout en faisant comprendre que ce n’était pas terminé, le bourgmestre a précisé que le nombre d’arrestations judiciaires était passé de 515 pour toute l’année 2018 à 605 sur les huit premiers mois de l’année 2019, dont 165 pour des faits de drogue ; 147 pour des vols avec violence ; et une centaine pour des vols à la tire.

On a par ailleurs dénombré 177 arrestations administratives pour ébriété sur la voie publique et 354 pour trouble à l’ordre public et/ou séjour illégal.

Par ailleurs, la police a dressé au cours des huit premiers mois de l’année 2019 pas moins de 3.043 sanctions administratives communales pour faits de roulage dans la zone et 233 pour des faits d’une autre nature.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Djihadistes belges rapatriés pendant la trêve: «Aucune décision allant dans ce sens»

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite