Harry et Meghan débutent au Cap leur tournée en Afrique australe

Harry et Meghan débutent au Cap leur tournée en Afrique australe
Photo News

Le duc et la duchesse de Sussex sont arrivés en milieu de journée dans la ville sud-africaine du Cap à bord d’un avion de ligne commerciale, alors qu’ils ont récemment été épinglés pour avoir effectué des voyages en jet privé.

Au cours de cette tournée de dix jours, le prince se rendra aussi au Botswana, en Angola et au Malawi, alors que son épouse restera en Afrique du Sud pour honorer plusieurs engagements.

« Notre famille va réaliser son premier voyage officiel en Afrique, une région du monde qui, ces deux dernières décennies, a été ma deuxième maison », a écrit Harry sur son compte Instagram. « J’ai hâte de faire découvrir l’Afrique du Sud à mon épouse et à mon fils », a-t-il ajouté.

Le couple s’est rendu dès lundi après-midi dans un township du Cap pour assister à un atelier d’autodéfense de jeunes filles, alors que l’Afrique du Sud est gangrénée par la violence.

Harry et Meghan, sans leur fils, ont été accueillis par des chants, des danses et des pancartes proclamant « J’ai le droit de vivre en paix » ou « Unis pour les droits des enfants ».

« Les filles adorent rencontrer quiconque partage leur message de solidarité féminine et d’émancipation des femmes », a déclaré Jessica Dewhurst, une des responsables du projet, « elles sont très excitées à l’idée de rencontrer le duc et la duchesse ».

Rencontre avec le prix Nobel de la paix

Le prince Harry et son épouse, une Américaine métisse qui se définit comme « biraciale », vont ensuite se plonger dans l’histoire récente du pays, où le régime raciste de l’apartheid est officiellement tombé en 1994.

Ils visiteront le musée du District 6, un quartier du Cap d’où 60.000 habitants de couleur ont été chassés dans les années 70 et relégués dans des « townships ».

Temps fort de leur visite au Cap, ils rencontreront mercredi le prix Nobel de la paix Desmond Tutu, 87 ans, l’une des personnalités incontournables de la lutte contre l’apartheid et proche du premier président sud-africain noir, Nelson Mandela.

A compter de jeudi, le prince poursuivra sa tournée en solo dans la région. Au Botswana, qui abrite un tiers des éléphants sauvages du continent, Harry s’intéressera à des projets de protection de l’environnement.

Le pays, réputé pour ses safaris de luxe, est aussi un lieu cher au couple. En 2016, « j’ai réussi à la persuader (Meghan) de venir me rejoindre au Botswana. Et on a campé sous les étoiles », avait raconté Harry à la BBC, lors de l’officialisation de leurs fiançailles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite