Accueil Économie Entreprises

Ventes de Nethys: le conseil provincial de Liège vote à l’unanimité une motion postposant sa décision

Lors de cette réunion extraordinaire, Stéphane Moreau a également tenté de faire taire les inquiétudes.

Temps de lecture: 2 min

Au terme de sa réunion extraordinaire lundi soir, au cours de laquelle l’administrateur délégué de Nethys, Stéphane Moreau, a vainement tenté de faire taire les inquiétudes, le conseil provincial de Liège a adopté à l’unanimité une motion postposant de facto sa décision sur les cessions opérées par l’entreprise, dont celles de Voo, d’Elicio et de Win.

Stéphane Moreau sur les ventes de Nethys : « Les règles ont été respectées à la lettre »

Selon les termes du texte, les cinq représentants de la province au sein du conseil d’administration d’Enodia, la maison-mère de Nethys, Alain Decerf, Maxime Degey, Luc Gillard, Jean-Claude Jadot et Julien Vandeburie, ont en effet été chargés « de ne prendre aucune décision en attendant l’examen des rapports commandés par le conseil d’administration d’Enodia et, le cas échéant, par la Province de Liège ».

Par ailleurs, ces derniers « ne se prononceront pas globalement sur le principe de cession d’actifs mais après examen, filiale par filiale », avertit le texte qui marque également le soutien du conseil à la décision du collège provincial, prise le 19 septembre dernier, de confier à un expert indépendant une mission d’audit « dont l’objet sera de permettre à la Province de s’assurer que l’information reçue est correcte et qu’elle constitue une base valable pour déterminer la valeur réelle des activités à céder et de l’adéquation du prix de la cession envisagée ».

Une nouvelle assemblée générale d’Enodia ?

Les représentants du conseil provincial sont également mandatés pour proposer l’organisation d’une nouvelle assemblée générale d’Enodia dès que les rapports demandés auront été publiés, peut-on encore lire dans la motion par laquelle le conseil provincial tient enfin à faire part de « son inquiétude concernant les procédures et les méthodes mises en place par Nethys pour la vente de ses participations majoritaires dans des secteurs concurrentiels ».

Pour rappel, le conseil d’administration d’Enodia (ex-Publifin) doit se réunir ce mercredi. Il était initialement prévu que les actionnaires se prononcent, via un avis conforme, sur les opérations réalisées par Nethys. Un ordre du jour qui ne devrait finalement pas être respecté, tant les communes que la province réclamant davantage d’informations avant de se positionner.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Denoel Paul, mardi 24 septembre 2019, 14:51

    Quand je relis votre article sur "l'affaire en justice" et le volumineux dossier "Tectéo",je suis scandalisé par la manière dont vos Journalistes Counasse et Matriche (oui,ils se sont mis à deux pour écrire cette cochonnerie),ont une fois de plus ouvert la porte aux populistes des deux extrêmes par la manière dont ce papier est rédigé. Ces lignes ne peuvent avoir été écrite par deux journalistes qui ont une étique de leur beau métier,et je suis donc de plus en plus convaincu que Mr Bernard Marchant est à l'origine de cette campagne de dénigrement de la région Liégeoise . Elle est d'ailleurs répétitives depuis plusieurs années,et a pris ces deux ou trois dernières années une ampleur sans limite. Je me vois donc contraint de demander l'arret de mon abonnement,ce que je vais confirmer par mail. J'aurais voulu éviter cela pour la deuxième fois,car dans le domaine internationnal mon journal "LE SOIR" est une référence journalistique.

  • Posté par stals jean, mardi 24 septembre 2019, 10:37

    Tous ces politicards la, qui bien souvent ont des mandats politiques au kilo, à part des silences radio assourdissants, qu'est qu'elles, qu' est-ce qu'ils ont foutu pendant des années, à part bien entendu toucher des brouettes de fric et des jetons de présence? Bien des années avant l'affaire Publifin, quand il était question par les même voyous notoires de la politique aidé en cela par des gangsters du privé de dilapider les millions provenant entre autres et par exemple d'un fond de pension dénommé OGEO, càd le fric des cotisations sociales des agents des communes, de la Province et des Intercommunales?...Ils étaient où tous ces rats de Conseils d'Administrations bidons? Il arrivait à mon père de sortir un truc du genre; "c'est trop tard de serrer les fesses quand on a fait dans son froc"...Avec le temps je m'aperçois qu'il avait souvent raison...

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs