Faillite de Thomas Cook: 350 voyageurs belges bloqués en Tunisie, 200 privés de départs

Suite à la faillite de sa maison-mère au Royaume-Uni, Thomas Cook Belgique avait assuré faire tout son possible, ce lundi, afin que ses clients belges en vacances ou prêts à partir ne soient pas impactés. Hélas, ces efforts n’auront pas porté leurs fruits.

Ce mardi, deux avions réservés à 200 clients de Thomas Cook / Neckerman devaient partir de Bruxelles vers Djerba et Enfidha (Tunisie). Opérés par Brussels Airlines, ces deux vols ont été annulés lundi soir très tard par la compagnie aérienne, ce que déplore le voyagiste dont les clients concernés voient leurs vacances au soleil tomber à l’eau. Brussels Airlines, qui assure 80 des vols pour Thomas Cook Belgique, justifie : « Nous avons annulé ces vols affrétés uniquement pour Thomas Cook car celui-ci présente des arriérés de payements depuis quelques semaines. Malgré des rappels, ces factures n’ont toujours pas été honorées. Il n’aurait donc pas été responsable de notre part d’opérer ces vols. »

Le Fond de garantie voyages sollicité

Dans l’autre sens (Djerba et Enfidha vers Bruxelles), deux vols retour devaient ramener ce mardi 350 clients de Thomas Cook en Belgique. Là aussi, les avions ne décolleront pas, toujours pour la même raison invoquée par Brussels Airlines. La conséquence est plus fâcheuse, puisque les vacanciers se trouvent bloqués sur place. « Ils peuvent retourner à leur hôtel, le temps que nous trouvions une solution de retour pour eux, » tente de rassurer Thomas Cook. Cette solution pourrait passer par le Fond de garantie voyage avec lequel Brussels Airlines est également en contact en vue d’effectuer un rapatriement depuis la Tunisie.

Ce n’est hélas pas tout. Ce mardi, 573 autres clients de Thomas Cook / Neckerman devaient prendre 10 vols Brussels Airlines non exclusivement réservés au voyagiste. Les destinations sont Agadir (Maroc), les Grands Canaries (Gran Canaria, Ténériffe et Lanzarote), Faro (Portugal), Majorque (Espagne), la Grèce (Rhodes, Kos, Corfou) et Bourgas (Bulgarie). Ici, Brussels Airlines n’a rien annulé et autorise les clients de Thomas Cook à monter à bord. Mais Thomas Cook Belgique a déconseillé à ses clients de décoller. « Nous ne pouvons en effet pas leur garantir que tout sera en ordre sur place avec les hôtels, » justifie le voyagiste qui donne là un signal très préoccupant pour la suite de ses activités.

Faillite de Thomas Cook: le fonds de garantie conseille aux clients de ne plus verser d’argent au tour-opérateur

L’avenir immédiat et à plus long terme de l’entreprise belge sera au cœur d’un conseil d’entreprise au siège, à Zwijnaarde (Gand), ce mardi à 15h. Avec l’annonce d’un dépôt de bilan, comme le redoutent entre autres des représentants syndicaux ? Le service de communication de Thomas Cook Belgique répète à nouveau que « la direction fait tout pour trouver des solutions pour les collaborateurs, les agences et les clients. Toutes les pistes sont examinées. » L’avenir de la branche belge du tour-opérateur dépend de l’entité Europe Continentale, active principalement en Allemagne et dont dépendent aussi les activités néerlandaises de Thomas Cook.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite