Accueil Monde

Quand la «justice» marocaine se tire une balle dans le pied

L’affaire Raissouni, du nom de cette jeune journaliste poursuivie pour avortement et relations sexuelles hors mariage, se transforme en une tribune contre l’arbitraire, l’intolérance et les vengeances politiques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

L’expression un tantinet triviale « se tirer une balle dans le pied » s’applique parfois aux modes de gestion politique et/ou aux stratégies en matière judiciaire. Ce qu’on appelle au Maroc « l’affaire Raissouni » en est un bel exemple. En l’occurrence, les poursuites judiciaires infligées à une jeune journaliste, Hajar Raissouni, pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage » ont pris une tournure totalement contraire à l’effet dissuasif souhaité car elles suscitent un élan extraordinaire de solidarité dans le royaume tandis que les échos ont franchi la Méditerranée pour arriver à Paris.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs