Centre commercial Neo: l’avenir du plateau du Heysel retardé par des inquiétudes urbanistiques

Centre commercial Neo: l’avenir du plateau du Heysel retardé par des inquiétudes urbanistiques

Voici un an, on pensait l’avenir du plateau du Heysel ficelé. La Ville de Bruxelles et la Région espéraient pouvoir inaugurer, en 2023, un grand centre commercial et un centre de conventions. Nom de code : Neo. En quelques mois, les tuiles s’accumulent sur le dossier.

Pour le centre commercial Neo 1 (72.000 m2, à front de l’avenue Houba de Strooper, le long du stade Roi Baudouin), les inquiétudes sont urbanistiques. La Flandre vient en effet de refuser d’octroyer un permis pour une voie reliant les commerces au Ring. Un contretemps qui va contraindre les porteurs du projet à revoir leurs plans.

Autre motif d’inquiétude pour Unibail, le privé qui prend en charge la construction des commerces (ainsi que de 600 logements, d’un nouveau cinéma, d’un espace dédié aux loisirs) : le permis d’urbanisme ne peut être délivré que si le Plan régional d’affectation du sol est modifié. Or, le gouvernement en est déjà à sa deuxième copie : la première a été cassée par le Conseil d’Etat et la nouvelle version fait aussi l’objet d’un recours et d’un avis négatif de l’auditeur.

Pour Neo 2, ce sont la Ville et la Région qui hésitent.

>> L’article à lire en entier sur Le Soir +

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Djihadistes belges rapatriés pendant la trêve: «Aucune décision allant dans ce sens»

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite