Accueil Planète Climat

Nouveau rapport du Giec: le réchauffement nuit gravement aux océans

Les représentants de tous les pays du monde ont approuvé la synthèse du dernier rapport du Giec. Ce dernier pointe les menaces croissantes qui pèsent sur les océans et sur les glaces. Et indirectement sur la nature et sur les hommes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

Des glaciers andins jusqu’à la fosse des Mariannes en passant par les plages du Zoute, le changement climatique pèse de plus en plus fort. C’est plus grave qu’on ne le pensait et c’est une très mauvaise nouvelle. C’est le message que l’on peut tirer du dernier rapport du Giec sur les océans et la « cryosphère » (les glaciers, la banquise, la neige, le permafrost, la couche de la terre gelée en permanence) adopté mardi à Monaco et présenté mercredi matin.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

39 Commentaires

  • Posté par Bayens Remi, jeudi 26 septembre 2019, 8:54

    Pour montrer l'extension de la mer sur la côte belge du Vé siècle au Xé Siècle (avant le mini âge glacière du Moyen-âge), consultez la monumentale Histoire de Belgique de H. Pirenne ( publié par la renaissance du livre 1928 Volume 1 page 78). Nous sommes donc très loin de la situation à cette époque là.

  • Posté par Fontainas Philippe, mercredi 25 septembre 2019, 16:56

    Merci Robin Dumont… Merci de remettre l'église au milieu du village (comme dirait Lambert Louis) et de faire confiance aux scientifiques. Il y une différence fondamentale entre un dogme (dont la vérité est acceptée sans preuve scientifique) et l'épais rapport du GIEC qui est le fruits d'années de recherches par d'éminents scientifiques. Il faut admettre que le rapport complet est un peu indigeste (1200 pages) mais la première partie qui en fait la synthèse devrait ouvrir les yeux à tous ceux en mesure d'adapter leur comportement de consommation.

  • Posté par De Ronde Michel, mercredi 25 septembre 2019, 17:09

    Le "Climategate" de novembre 2009, cela vous incite à penser quoi ?

  • Posté par Lambert Louis, mercredi 25 septembre 2019, 16:04

    C'est inquiétant de voir comme l'écologisme est devenu une religion ! Les rapports du GIEC = la Bible, les COP = les conciles, les marches pour le climat = les processions, les Greta, Anuna, etc sont les saintes, et bien sûr il y a la fin du mond e= l'Apocalypse et surtout le sentiment de culpabilité qui vient dans un cas d'une pomme croquée dans l'autre, d'oser aller en vacances en avion. Je crains fort que la prochaine étape soit d'ériger des bûchers pour ceux qui osent mettre en doute le dogme du réchauffement climatique d'origine humaine ! On le voit à l'incroyable agressivité d'un Just Ask et autres climato-paniqueurs qui sont incapables de se maîtriser.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 25 septembre 2019, 20:01

    Louis, je crois que vous vous trompez. Les villes côtières dont vous parlez n'étaient pas bâties au bord des plages. C'est le tourisme balnéaire qui a fait se développer des "excroissances" des villes/villages existants, baptisées du nom de la localité en question + bad (suivant ainsi la mode des bains de mer). Cela n'a rien à voir avec le niveau de la mer.

Plus de commentaires

Aussi en Climat

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs