Faillite du fabricant des bus rouges britanniques à deux étages: Boris Johnson appelé à intervenir

Faillite du fabricant des bus rouges britanniques à deux étages: Boris Johnson appelé à intervenir
Reuters

Le fabricant des bus rouges de Londres à deux étages, surnommés les « Boris Bus » en référence au Premier ministre et ex-maire de la ville Boris Johnson, a déposé le bilan mercredi, à confirmé un porte-parole de la société à l’AFP.

Wrightbus, fondé en 1946, était particulièrement connu pour avoir fourni à la ville de Londres la dernière génération de ses célèbres « double decker bus », les New Routemaster, pendant le mandat de maire de Boris Johnson.

La société dont le siège se trouve à Ballymena, en Irlande du nord, est l’un des plus gros employeurs de la région. D’après le syndicat Unite, 1.300 emplois sont menacés, et 3.400 emplois indirect à travers la chaîne d’approvisionnement du fabricant.

Le parlementaire du parti unioniste nord-irlandais Ian Paisley a indiqué que le liquidateur judiciaire avait à présent « une semaine pour trouver un repreneur ». « Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre un emploi de plus dans cette région. »

Pas de nouvel investisseur en vue

Wrightbus, qui s’est spécialisé dans la production de véhicules à faibles émissions de CO2, faisait face à des problèmes de liquidités et a pour l’instant échoué à trouver un nouvel investisseur ou un repreneur.

En 2016, la société avait bénéficié d’un contrat de 62 millions de livres (70 millions d’euros) pour produire des véhicules pour la capitale.

Ils ont rapidement accumulé des problèmes de dépassements de coûts et de conception, y compris une mauvaise ventilation qui engendrait une chaleur à bord incommodante les passagers.

Un appel à Boris Johnson

« Nous ne pouvons nous permettre de perdre encore des emplois ou des savoir-faire dans cette région », a déploré Jackie Pollock, secrétaire générale du syndicat Unite, appelant Boris Johnson à intervenir si aucun repreneur n’est trouvé.

Un appel qui tombe au moment où le Premier ministre fait face à une tempête politique en raison du désaveu de la Cour suprême sur sa décision de suspendre le Parlement le mois dernier, à quelques semaines du Brexit.

Cette annonce survient aussi deux jours après une autre faillite emblématique, celle du voyagiste Thomas Cook, qui employait 9.000 personnes au Royaume-Uni.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

  3. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Les nouveaux modes de déplacement ne prennent pas assez en compte les réalités familiales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite