Accueil Culture Musiques

Rachid Taha Je suis africain

Naïve-PIAS.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

La mort prématurée de Rachid, le 12 septembre 2018, quelques jours avant ses 60 ans, a été un choc, une douleur ravivée par l’écoute de l’album qu’il venait de terminer.

Je suis africain, c’est Rachid à son meilleur, croisant, comme nul autre, ce chaâbi algérien avec le rock façon Clash. Inspiré, Rachid chante « Minouche », « Andy Waloo », « Striptease »… en français comme en arabe et même, pour une fois, en anglais (« Like A Dervish »).

Oud, derbouka, violon, guitare… Tout est là, intact, venu d’outre-tombe pour notre plus grand bonheur !

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs