Eliane Tillieux (PS) réveillée par des gilets jaunes à Namur

Eliane Tillieux (PS) réveillée par des gilets jaunes à Namur

La députée fédérale et conseillère communale namuroise, Eliane Tillieux (PS), a été réveillée par des gilets jaunes jeudi matin vers 06h00 à son dimicile de Champion (Namur), a-t-elle indiqué, confirmant une information de L’Avenir. Les gilets jaunes étaient au nombre de sept. « Ils ont sonné, donc je suis sortie pour discuter », a expliqué la socialiste qui siégeait au Parlement wallon lors de la dernière législature. « Malheureusement, nous n’avons pas réellement pu échanger car ils ne m’ont pas laissé la parole. Selon eux, le PS ne devait pas s’associer au MR en Wallonie. Il m’ont aussi lancé qu’Elio Di Rupo devrait plutôt se trouver dans une maison de repos à son âge. Rien de très constructif donc. »

« Je leur ai tout de même rappelé que l’ambition du PS était initialement de former une majorité de gauche avec le PTB, qui n’a pas pris ses reponsabilités », a-t-elle ajouté. « J’ai aussi souligné que les mesures ultralibérales prises par les derniers gouvernements n’étaient pas de notre ressort, puisque nous étions dans l’opposition. Quant à Elio, il a fait de loin le meilleur score wallon aux derniers suffrages et il fait justement partie de ces personnes qui osent prendre leurs reponsabilités. C’est le peuple qui a décidé de son élection et ce n’est pas à une poignée de gilets jaunes d’en décider autrement. »

« Le problème, c’est la manière dont ils mènent ce combat »

« On doit tout de même admirer le courage de ces activistes qui luttent pour un monde plus positif. Leurs revendications sont d’ailleurs largement soulevées par notre programme ’Un toit, un emploi’», a-t-elle encore affirmé. « Le problème, c’est la manière dont ils mènent ce combat. J’aurais nettement préféré que nous convenions d’une réelle rencontre, qui permette d’avoir un vrai dialogue sur des propositions concrètes. »

À défaut de laisser leurs coordonnées, les militants ont saupoudré le jardin et la porte de la députée fédérale de farine et de blé. Ils lui ont aussi fait cadeau de leurs calicots laissant apparaître des messages comme « Mort au capitalisme de gauche » ou « Travaille, consomme et ferme ta gueule ». Ce n’est pas la première fois que les gilets jaunes namurois réveillent une personnalité politique. Le bourgmestre de Namur et président du cdH, Maxime Prévot, a déjà été leur cible. Les membres du collège communal Anne Barzin (MR) et Philippe Noël (Ecolo) y ont également eu droit.

Sur le même sujet
Partis politiquesMR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

  3. @News

    Philippe Albert revient sur Anderlecht – FC Bruges: «Avec Colassin, j’ai découvert un jeune talent avec beaucoup de culot»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite