Accueil Monde France

Les hommages à Jacques Chirac: «C’est toute une époque qui fout le camp!»

Rue de Tournon, à Saint-Germain-des-Prés, les Parisiens se souviennent. Avec nostalgie, sans pour autant être dupes.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Dès l’annonce du décès de Jacques Chirac, des cars de CRS ont bloqué la rue de Tournon. C’est là, dans cette rue du quartier de l’Odéon qui monte vers le Sénat, à deux pas du jardin du Luxembourg, que l’ancien président est venu finir ses jours après avoir longtemps habité sur les bords de Seine, au quai Voltaire, dans un appartement prêté par la famille de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. « J’ignorais complètement qu’il habitait là », s’étonne Christelle, commerçante. « Je passais tous les jours devant l’immeuble et je ne l’avais même jamais vu. Sans doute que son état de santé ne lui permettait plus de descendre ? ».

Il était déjà loin, oui, le temps où l’ancien président sortait prendre l’air. « Depuis la mort de sa fille Laurence, il y a trois ans, sa santé s’était terriblement dégradée. Si bien que même les paparazzis avaient décidé – chose rare !- de lui foutre la paix », témoigne un photographe d’un magazine people.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs