Accueil Médias

Les télés locales se tournent vers le gouvernement pour obtenir des fréquences radio

Recalées par le CSA, elles n’entendent pas remiser leurs ambitions radiophoniques au placard.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Les télés locales n’ont pas remisé leurs ambitions radiophoniques au placard. Recalées en juillet dernier par le CSA qui a refusé de leur octroyer des fréquences FM et DAB+ dans le cadre du plan de fréquences au motif que celui-ci est réservé au secteur privé, elles ont décidé de se tourner vers la nouvelle ministre des médias, Bénédicte Linard (Ecolo), pour les obtenir.

« On aurait pu choisir d’introduire un recours en justice contre la décision du CSA et faire valoir notre caractère hybride, explique Marc de Haan, patron de la télé bruxelloise BX1. Nous remplissons des missions de service public et nous recevons une dotation mais nous sommes aussi des ASBL de droit privé. Plutôt que de suivre cette voie, nous avons choisi de prendre le CSA au mot. Puisqu’enfin, une autorité nous dit clairement ce que nous sommes – un service public –, nous nous estimons à ce titre en droit de solliciter des fréquences auprès du gouvernement. Nous avons des arguments juridiques très solides ».

En résumé, les télés locales demandent le même traitement que celui réservé à la RTBF. Celle-ci reçoit ses fréquences directement du gouvernement et ne doit pas concourir dans le cadre du plan de fréquences. Si Marc de Haan ne se fait pas trop d’illusions concernant la FM – on voit mal la ministre retirer un réseau communautaire à la RTBF pour le donner aux télés locales –, il espère bien en obtenir un sur le nouveau réseau DAB+ (la radio numérique) où il y a plus de place. Sur le quota RTBF qui a déjà 8 chaînes ? Il ne le précise pas mais ajoute « il faudra nous trouver une place ».

Le patron de BX1 va également faire une demande pour une fréquence locale. Objectif ? Offrir un canal de diffusion supplémentaire à la webradio BX1+ qu’il lance ce vendredi et qui fera la part belle à l’actualité locale, à l’info culturelle, aux artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles… Il s’agit d’une première pour une télé locale. « Si on veut pouvoir rester en contact avec notre public et remplir nos missions, il est indispensable qu’on puisse se diversifier, insiste Marc de Haan. On attend du pouvoir politique qu’il nous accompagne dans cette évolution ».

 

À lire aussi d-20190425-3TKHUJ

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Soirmag Voir les articles de Soirmag