Didier Reynders accusé de corruption: l’affaire est classée sans suite

Le Procureur du Roi du tribunal francophone de Première Instance de Bruxelles a décidé de «classer sans suite» le dossier d’information judiciaire concernant le Vice-premier ministre Didier Reynders (MR), «faute du moindre délit», a annoncé vendredi l’avocat de M. Reynders, Me Didier Matray. Avocat au Bareau de Liège, Me Matray est en outre inscrit aux Barreaux de Cologne et de Paris.

Il y a une quinzaine de jours, les quotidiens De Tijd et l’Echo avaient annoncé l’ouverture d’une information judiciaire à propos du Vice-Premier ministre. Selon ceux-ci, un ex-agent de la Sûreté de l’Etat s’était rendu en avril dernier à la police judiciaire fédérale pour lui communiquer une série d’allégations de corruption et de blanchiment à l’encontre du ministre libéral.

Des pots de vin à l’occasion de missions et d’achats publics

Quelques jours plus tard, l’accusateur de Didier Reynders s’était dévoilé auprès de différents quotidiens. Il s’agit de Nicolas Ullens de Schooten qui a travaillé à la Sûreté de l’Etat de 2007 à 2018. Lors de son audition à la police, celui-ci avait fait état du versement de pots de vin à l’occasion de missions et d’achats publics. L’homme a fait référence, notamment, au déménagement de la police fédérale au Centre administratif de Bruxelles, au Kazakhgate et à une affaire relative aux fonds libyens.

M. Ullens de Schooten a précisé à De Tijd avoir voulu empêcher que Didier Reynders soit nommé Commissaire européen, estimant que ce statut rendrait plus difficiles les devoirs d’enquête du Parquet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite