Le designer de Vivienne Westwood tacle le patron de LVMH sur ses critiques de Greta Thundberg

Andreas Kronthaler et sa femme, Vivienne Westwood, lors de leur défilé éco-responsable à la Fashion Week de Paris
Andreas Kronthaler et sa femme, Vivienne Westwood, lors de leur défilé éco-responsable à la Fashion Week de Paris - AFP

L’attitude du «’business as usual’ ne fonctionne plus», a déclaré Andreas Kronthaler en coulisses après le défilé de sa maison. «Nous sommes assis sur un volcan et le temps est limité (...) C’est fou ce que nous faisons, c’est évident que la mode est un gros pollueur».

Il réagissait aux propos de l’homme le plus riche dans le milieu de la mode et deuxième fortune mondiale qui a estimé cette semaine que l’égérie suédoise du climat se livrait «à un catastrophisme absolu sur l’évolution du monde».

«Cela a un côté démoralisateur pour les jeunes, elle ne propose rien, sinon de critiquer», a jugé mercredi M. Arnault. «La conséquence qu’on en tire, c’est arrêter la croissance, qui a permis quand même d’améliorer le niveau vie mondial, de réduire la pauvreté, d’améliorer la santé dans des pays comme l’Afrique. Si on veut repartir en arrière, arrêtons la croissance», avait-il ajouté.

Andreas Kronthaler, créateur d’origine autrichienne, compagnon de Vivienne Westwood, estime au contraire que le monde occidental se réveille grâce à Greta Thunberg.

«Cette jeune fille est remarquable et nous devrions la remercier», a souligné ce militant écologiste de longue date comme Vivienne Westwood.

Cette dernière avait auparavant confié qu’elle ne prenait un bain qu’une fois par semaine pour économiser de l’eau.

La top Bella Hadid a clôturé le défilé présentant une collection élégante conçue principalement avec des «tissus délaissés par les meilleures usines italiennes».

Westwood et Kronthaler sont des leaders du mouvement «réduire, réutiliser, repenser» et se procurent des chutes de tissus ou de stocks invendus pour faire leurs collections.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Bloemen

    Le vrai ou faux: en haute couture, la mode est-elle too much?

  • Une skateuse d’Issey Miyake.

    Par Julie Huon, depuis Paris

    Mode

    Histoire du défilé de mode: le show des sirènes

  • _FRE0401

    Mode: Dior explose le plafond de vert

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Maxim Toller et Renaud Molders-Pierre, les avocats du prévenu, n’ont pas pu plaider.

    Il tue sa mère aimante et ne souhaite pas se défendre

  2. Le producteur bruxellois Sébastien Delloye, l’un des deux associés d’Entre chien et loup.

    Une première série belge sur Netflix: «C’est une opportunité en or»

  3. TENNIS DAVIS CUP COLOMBIA VS BELGIUM SUNDAY PRESS CONFERENCE

    Coupe Davis: la Belgique doit d’emblée… écraser la Colombie

La chronique
  • Le mauvais {œil du cyclone}

    La VRT est dans l’œil du cyclone » titrait récemment la rubrique Info de la RTBF à propos des critiques essuyées par son homologue flamande de la part de certaines personnalités politiques du Nord du pays. « Encore une expression mal utilisée, réagit un copywriter sur Twitter. L’œil du cyclone est l’endroit le plus calme de cet événement climatique. » Ce type de commentaire revient régulièrement, la saison cyclonique s’étendant sur toute l’année en matière de prescription langagière. Si la réalité météorologique est avérée, pourquoi tant de francophones s’en battent-ils l’œil ?

    Ces tours qu’on tient à l’œil

    Nous avons une conscience assez nette de l’évolution sémantique des mots. Lorsqu’une entreprise se veut agile, nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une qualité physique. Si votre...

    Lire la suite

  • Duel Bouchez-Ducarme: le MR s’expose, vertueux mais risqué

    Il faut d’abord saluer le formidable exercice de démocratie. La politique, ça se vit, ça se partage, ça s’expose. Et donc, pour cette raison, la campagne, sur la place publique pour la présidence du MR est un moment remarquable. D’autant plus quand dans quasi tous les autres partis francophones, les successions ont été « monarchiques » : le dauphin s’installait sans surprise sur le trône du Roi sortant. D’autant plus aussi dans un parti, le MR, qui avait ces dernières années cadenassé les discussions internes, gérées d’une...

    Lire la suite