Le designer de Vivienne Westwood tacle le patron de LVMH sur ses critiques de Greta Thundberg

Andreas Kronthaler et sa femme, Vivienne Westwood, lors de leur défilé éco-responsable à la Fashion Week de Paris
Andreas Kronthaler et sa femme, Vivienne Westwood, lors de leur défilé éco-responsable à la Fashion Week de Paris - AFP

L’attitude du «’business as usual’ ne fonctionne plus», a déclaré Andreas Kronthaler en coulisses après le défilé de sa maison. «Nous sommes assis sur un volcan et le temps est limité (...) C’est fou ce que nous faisons, c’est évident que la mode est un gros pollueur».

Il réagissait aux propos de l’homme le plus riche dans le milieu de la mode et deuxième fortune mondiale qui a estimé cette semaine que l’égérie suédoise du climat se livrait «à un catastrophisme absolu sur l’évolution du monde».

«Cela a un côté démoralisateur pour les jeunes, elle ne propose rien, sinon de critiquer», a jugé mercredi M. Arnault. «La conséquence qu’on en tire, c’est arrêter la croissance, qui a permis quand même d’améliorer le niveau vie mondial, de réduire la pauvreté, d’améliorer la santé dans des pays comme l’Afrique. Si on veut repartir en arrière, arrêtons la croissance», avait-il ajouté.

Andreas Kronthaler, créateur d’origine autrichienne, compagnon de Vivienne Westwood, estime au contraire que le monde occidental se réveille grâce à Greta Thunberg.

«Cette jeune fille est remarquable et nous devrions la remercier», a souligné ce militant écologiste de longue date comme Vivienne Westwood.

Cette dernière avait auparavant confié qu’elle ne prenait un bain qu’une fois par semaine pour économiser de l’eau.

La top Bella Hadid a clôturé le défilé présentant une collection élégante conçue principalement avec des «tissus délaissés par les meilleures usines italiennes».

Westwood et Kronthaler sont des leaders du mouvement «réduire, réutiliser, repenser» et se procurent des chutes de tissus ou de stocks invendus pour faire leurs collections.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite