Accueil Économie Mobilité

Le passage à la voiture électrique se fait d’abord dans les communes riches

Le passage à l’hybride, comme l’abandon du diesel, n’est effectivement pas réparti sur le territoire. La Flandre a notamment pris une longueur d’avance sur la Wallonie.

Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Il y a désormais plus de 100.000 véhicules hybrides en circulation sur les routes belges, selon les chiffres du parc automobile belge publiés début septembre par l’office belge de statistique Statbel. Le constat est clair : de plus en plus de Belges se tournent vers les moteurs hybrides ou l’essence mais cette évolution se fait d’abord dans les communes riches.

Le passage à l’hybride, comme l’abandon du diesel, n’est effectivement pas réparti sur le territoire. De manière très synthétique : la Flandre a pris une longueur d’avance sur la Wallonie et cette différence de pratique est surtout liée aux revenus plus qu’aux régimes de taxation. Ainsi, les communes plus pauvres du pays sont celles où la transition est la moins forte.

« Plus on est dans une commune riche, plus souvent on change de voiture, parce qu’il existe un lien étroit entre la mobilité et le travail. Et on constate aussi que, plus on est aisé, plus on est sensible à un discours sur l’environnement et l’écologie », indique l’économiste Philippe Defeyt.

Ce qui signifie aussi que la hausse des accises sur le diesel se répercute surtout sur les citoyens les moins aisés.

>> Les Belges les moins aisés font face à « une triple peine » : comment expliquer une telle injustice ?

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

56 Commentaires

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb