Accueil Économie Entreprises

Proximus: KPN renonce à engager Dominique Leroy comme CEO

KPN invoque «la durée des procédures» concernant Dominique Leroy en Belgique.

Temps de lecture: 2 min

Le groupe télécoms néerlandais KPN renonce à engager comme CEO Dominique Leroy, l’ancienne patronne de Proximus, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué, justifiant sa décision par les enquêtes visant Mme Leroy et les incertitudes qu’elles entraînaient sur le moment de son entrée en fonction, initialement prévue le 1er décembre.

KPN invoque «la durée des procédures» concernant Mme Leroy en Belgique qui n’est «pas claire et reste imprévisible». Le conseil de surveillance du groupe estime que ces incertitudes autour du timing ne sont pas dans l’intérêt de KPN et de ses parties prenantes. Il a donc décidé de revenir sur sa décision de nommer Dominique Leroy.

«C’était une décision difficile à prendre pour le conseil de surveillance étant donné les états de services de dirigeante très accomplie de Mme Dominique Leroy. Néanmoins, les incertitudes autour du timing entraînent une situation que le conseil de surveillance estime ne pas être dans l’intérêt de KPN. Nous lui souhaitons le meilleur», commente le président de KPN, Duco Sickinghe.

La décision du conseil de KPN a pour conséquence l’annulation de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires de KPN, qui était prévue le lundi 28 octobre et devait se pencher sur la nomination de la dirigeante belge.

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête pour un éventuel délit d’initié et mené des perquisitions au domicile de Dominique Leroy ainsi que dans son bureau chez Proximus. Un mois avant son départ, l’ex-CEO de Proximus avait vendu 10.840 actions Proximus au prix de 26,32 euros l’action, pour un montant total de 285.342,40 euros. Dominique Leroy a précisé qu’elle n’avait pas encore décidé de quitter Proximus au moment de cette vente même si elle avait déjà discuté avec d’autres parties, y compris KPN.

Aux Pays-Bas, l’association d’actionnaires VEB (Nederlandse Vereniging van Effectenbezitters) avait demandé que la nomination de la dirigeante belge soit reportée tant que la clarté n’était pas faite sur l’enquête judiciaire la concernant.

L’annonce du départ de Dominique Leroy pour KPN avait provoqué l’ire des syndicats de Proximus qui avaient demandé sa démission immédiate alors que la direction négocie toujours les conditions du plan de transformation du groupe prévoyant le départ de 1.900 personnes et l’engagement de 1.250 autres sur une période de trois ans. Les syndicats estimaient que la rupture de confiance était totale. L’ex-CEO de Proximus a finalement quitté son poste le 20 septembre, remplacée ad interim par la directrice financière Sandrine Dufour.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Lemaire Paul, lundi 30 septembre 2019, 10:43

    Et aujourd'hui le cours de l'action Proximus est de 27.09 €. Dominique Leroy a donc perdu de l'argent en vendant prématurément ses actions. Maladresse de sa part certainement mais pourquoi une chasse aux sorcières ? Il y a mieux à faire à Liège pour le parquet.

  • Posté par stals jean, lundi 30 septembre 2019, 9:48

    Quand ils apprenait par les médias que ce n'est pas pour une question de salaire que madame Leroy quittait Proximus pour KPN, y en a qui avaient les larmes aux yeux......A l'heure présente, c'est peut-être bien madame Leroy qui rigole moins...Dur dur la "dictature de l'actionnariat" mondialisée... Ce que j'ai toujours prétendu...Karl aussi d'ailleurs et bien avant moi...

  • Posté par Leroy christian, lundi 30 septembre 2019, 8:47

    Cfr l'Echo de samedi : "le combat perdu contre le délit d'initié". Une seule condamnation pénale en .... 30 ans! Ca vaudrai la peine que notre quotidien relaie la quintessence de sa consoeur! ;o)

  • Posté par Leroy christian, lundi 30 septembre 2019, 8:49

    lire : la quintessence de l'article de sa consoeur! ;o)))

  • Posté par CREPIN Hugues, lundi 30 septembre 2019, 8:36

    Les temps changent mais c'est curieux que certaines personnes en paient le prix et pas d'autres. Cette vente est évidemment délicate mais on ne peut pas dire que cette ait jamais été citée avant pour le moindre problème ou soupçon là où d'autres traînent les familles complètes de casseroles sans jamais avoir le moindre souci. Je suis quand même un peu triste même si elle ne doit pas avoir de problèmes financiers.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière