Nafissatou Thiam sereine avant de débuter les Mondiaux: «Le fait d’avoir le titre ne change pas grand-chose»

photo news
photo news

Une tâche que la détentrice du « grand chelem » de l’heptathlon (titres olympiques, mondial et européen) semble en mesure de réaliser en dépit de deux sérieuses blessures qui ont perturbé sa saison. C’est sereine qu’elle a répondu aux questions de la presse nationale. « Le fait d’avoir le titre ne change pas grand-chose. Avoir gagné il y a deux ans ne me donne aucun avantage sur les autres », a-t-elle d’emblée déclaré, écartant l’idée d’une pression supplémentaire liée à la ’défense’ de ce titre.

Sa blessure au coude survenue le 23 juin lors du Décastar de Talence, qui l’avait privée d’une meilleure performance encore que ses 6.819 points réalisés (MPM de l’année, néanmoins), reste la grande inconnue.

« Je me sens chanceuse »

Selon Roger Lespagnard, son entraîneur, la douleur a disparu et elle a pu s’exercer au javelot. Reste une possible appréhension au moment de la compétition jeudi. « Je porterai une bande de protection, on verra. Dans le sport, il y a des choses que l’on ne contrôle pas. J’ai travaillé très dur pour récupérer de mes blessures (déchirure au mollet gauche le 7 janvier et le coude, NDLR), s’il y a un facteur chance, je me sens chanceuse d’avoir été capable de revenir malgré mes blessures. »

Elle avait aussi été blessée au coude avant les Jeux de Rio, et cela ne l’avait pas empêchée de s’imposer. « C’est différent. La blessure est moins grave qu’à l’époque et j’ai eu le double de temps pour me rétablir », a-t-elle précisé, témoignant d’une certaine confiance sur le plan physique.

Les conditions de la compétition avec un horaire beaucoup plus resserré, la chaleur extrême en journée hors du stade et l’absence de public ne gênent pas Nafi Thiam, a priori. « Au niveau des horaires, je n’ai rien à redire. Enchaîner les épreuves c’est bien. Les conditions dans le stade ne posent pas de problème, c’est plutôt dehors où il est impossible de marcher un kilomètre. Et je m’échaufferai en salle (qui est aussi climatisée). » Le manque de spectateurs ? « Cela ne change rien. C’est juste dommage pour un bel événement comme les championnats du monde. »

« Pas dans la meilleure forme de ma vie »

S’exprimant en conclusion sur le niveau de forme dont elle estime disposer à l’abord de ces Mondiaux, elle est restée là encore sereine, sans excès d’optimisme : « Je ne peux pas dire que je suis dans la meilleure forme de ma vie, parce que j’ai eu ma blessure, mais je me sens bien ». Ce qu’elle tempère : « on peut avoir une très bonne préparation et se louper en championnat et avoir une préparation très difficile et que cela marche quand même. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. «
Dans ma carrière de journaliste, j’ai essayé de raconter la vérité. Au cinéma, je m’amuse en jouant avec la réalité.
»

    Michel Denisot au «Soir»: «La télé doit rester la télé et pas devenir les réseaux sociaux»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite