Le mauvais rapport qualité-prix de l’enseignement obligatoire

Le mauvais rapport qualité-prix de l’enseignement obligatoire

Est-on condamné à devoir choisir entre, d’une part, un enseignement plus équitable mais de niveau médiocre et, d’autre part, un enseignement plus inégalitaire mais conduisant la majorité des élèves à un meilleur niveau?» Pour répondre à cette question, Jean-Paul Lambert, ex-recteur de l’Université Saint-Louis, a comparé les systèmes éducatifs de 28 pays de l’OCDE, dont les Belges.

Passant au crible le modèle continental caractéristique de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), le professeur confirme des problèmes précis. Un, un taux de retard de 46% à 15 ans alors que la moyenne dans ce modèle est à 25%; la FWB peut être qualifiée de «championne hors catégorie de l’OCDE en matière de redoublement». Deux, une pratique «très limitée» des dispositifs pédagogiques que constituent les classes de niveau et/ou groupes de niveau. Trois, un «niveau moyen des élèves très faible et, par conséquent, une part d’élèves faibles très élevée et une part d’élèves forts très réduite». «Parmi les 28 systèmes examinés, celui de la FWB se singularise par le fait d’être le mieux doté (en% du PIB) par les pouvoirs publics», ajoute Jean-Paul Lambert. Son constat est clair: «Le système éducatif de la FWB est à la fois très peu performant… tout en étant très coûteux.» >> Notre article à lire en entier sur le Soir +

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ahmed Laaouej est le nouveau patron du PS bruxellois, il a battu de justesse Rachid Madrane. © Hatim Kaghat, Belga.

    Ahmed Laaouej, patron d’un PS bruxellois déchiré

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Rapatriement de djihadistes belges: «Aucune décision allant dans ce sens» n’est parvenue aux autorités

  3. Sanders a fait son come-back sur ses terres new-yorkaises, devant une foule compacte de 20.000
personnes.

    Sanders a réussi son retour dans la course: «Bernie is back!»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite