Zinédine Zidane explique pourquoi Thibaut Courtois a été remplacé contre Bruges: «Il ne se sentait pas bien»

©AFP, News
©AFP, News

Bousculé par Bruges, le Real Madrid s’en est bien sorti en arrachant un point à cinq minutes du terme mardi soir en Ligue des Champions. Un résultat (2-2) qui n’est pas du goût de l’entraîneur madrilène Zinédine Zidane. «Il fallait changer notre attitude», a-t-il analysé au micro de Club RTL.

La rencontre aurait pu tourner au cauchemar pour le Real Madrid, mené 0-2 au repos, avant de finalement sauver un point. «Nous n’avons pas été surpris par Bruges en première mi-temps. Nous les avions bien étudié et nous savions que les Brugeois étaient dangereux en contre. Ils ont bien défendu et ont su trouver leurs flèches devant. De notre côté, nous sommes très mal rentrés dans notre match et la première période était mauvaise. Il fallait changer notre attitude après la pause. Je suis content de la réaction mais pas du résultat», a expliqué Zidane.

Ligue des champions: les vidéos de l'incroyable performance de Bruges au Real Madrid (vidéos)

Mettant plus de pression sur Bruges en deuxième mi-temps, les Madrilènes ont montré un tout autre visage après le repos pour éviter un 0 sur 6 après la défaite au PSG il y a deux semaines. «Il n’a pas été question de tactique à la mi-temps. Notre attitude devait être différente sinon nous aurions perdu ce match. Il fallait mettre plus de pression et ne pas les laisser jouer.»

L’entraîneur français s’est également brièvement exprimé sur la sortie au repos de Thibaut Courtois, malade. «Il ne se sentait pas bien», a confié Zidane.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. Il y a trois grands émetteurs de titres-repas sur le marché belge 
: Sodexo, Edenred et Monizze.

    Le nombre de bénéficiaires de chèques-repas en hausse de 20% en cinq ans

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • «L’accord du siècle» au Proche-Orient: Trump au chevet de Netanyahou

    Donald Trump a enfin rendu public ce 28 janvier son « deal of the century » (accord du siècle) censé mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les fuites n’avaient pas manqué et elles insinuaient que le beau-fils du président US, Jared Kushner, chargé de concocter ce plan, avait pris le parti de favoriser jusqu’à la caricature les options chères au Premier ministre israélien sortant, Binyamin Netanyahou. Question d’affinités. La divulgation des clauses du plan confirme ce pressentiment.

    ...

    Lire la suite