Eden Hazard déçu après le partage face à Bruges (2-2): «On va juste retenir que je n’ai pas marqué»

Casemiro a été l’auteur du but de l’égalisation pour le Real Madrid (2-2) contre le Club de Bruges mardi en Ligue des champions. Pour le milieu de terrain du Real, ce n’était qu’une maigre consolation car ce n’était « pas le résultat prévu ».

«Je n’en reviens pas»: les Brugeois aux anges après leur partage au Real Madrid en Ligue des champions (2-2)

« Ce n’était pas le résultat prévu, ni le résultat que nous espérions, surtout en jouant à la maison. Ils ont eu deux occasions en première période et ils ont marqué deux buts. C’est difficile. En Ligue des champions, il faut respecter tous les adversaires », a commenté Casemiro.

« Nous avons bien réagi, ce nul est peut-être un mal pour un bien. Cela pourrait accroître nos chances (de qualification). En Ligue des champions, il n’y a pas de match facile et c’était compliqué de jouer en étant menés 2-0. Nous avons bien réagi, nous avons encore beaucoup de chances de nous qualifier et nous dépendons de nous-mêmes, c’est le plus important. Quand tu perds 2-0, tu veux faire les choses plus rapidement et tu finis par faire des erreurs. Mais le public et l’équipe y ont cru jusqu’au bout. Quand on joue ici (au Bernabéu) on ne peut pas perdre. Vu notre très mauvaise première période, on s’en tire bien avec le match nul. »

Zinédine Zidane explique pourquoi Thibaut Courtois a été remplacé contre Bruges

Zinedine Zidane était aussi peu souriant : « On savait que c’était une équipe dangereuse en contre. Eh bien, ce club a bien défendu et repartait vite vers l’avant. Le souci, c’est que nous avons fait une mauvaise première période. Mais nous avons bien réagi après la pause. Le nul est toutefois insuffisant. Mais nous avons changé d’attitude. Ce qui nous a permis de ne pas perdre. On a mis plus d’envie et de pression sur l’adversaire. C’est bien. Quant à Courtois, il est sorti car il n’était pas bien ».

« Ce match, on l’avait pris au sérieux et on voulait le gagner. C’est dommage ce qui est arrivé, surtout après la défaite au PSG », complétait Eden Hazard au micro de nos confrères de RTL Sport. « Notre réaction a été très bonne car nous aurions pu baisser les bras en seconde période. Cela prouve qu’on a du caractère même s’il y a toujours des petites choses à améliorer ».

Ligue des champions: les vidéos de l'incroyable performance de Bruges au Real Madrid (vidéos)

Le Diable rouge allait plus loin dans ses explications : « On s’est créé pas mal d’occasions face à une équipe qui a bien joué, avec ses qualités. Ce que les Brugeois ont fait sur le terrain, on s’y attendait, le coach nous l’avait dit. Nos adversaires possédaient des joueurs très rapides devant. Personnellement, je me suis bien senti mais les gens vont retenir que je n’ai ni marqué ni fait de passes décisives. Quand on joue au Real, tout le monde attend qu’on soit décisif ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

  3. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Les nouveaux modes de déplacement ne prennent pas assez en compte les réalités familiales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite