Brexit: les grandes lignes de «l’offre finale» que Boris Johnson propose à l’Union européenne

Brexit: les grandes lignes de «l’offre finale» que Boris Johnson propose à l’Union européenne
DPA

Le quotidien The Telegraph, dont Boris Johnson avait autrefois été le correspondant à Bruxelles et dans lequel ce dernier tenait une chronique hebdomadaire jusqu’à son accession au poste de Premier ministre, a obtenu mardi soir l’exclusivité des grandes lignes d’un projet d’accord que Londres va faire parvenir ce mercredi à la Commission européenne pour le Brexit.

L’élément central de ce projet constitue l’alternative au « backstop » (le « filet de sécurité ») irlandais contenu dans le premier accord de sortie conclu entre l’UE et le gouvernement de Theresa May, et qui doit éviter le retour d’une frontière physique entre les deux Irlande une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’Union.

Le nouveau plan britannique intitulé « deux frontières pour quatre ans » prévoit les grands points suivants :

– L’Irlande du Nord restera dans les faits membre du Marché unique pour les biens agricoles et industriels (donc toutes les marchandises) pendant quatre ans après la date de sortie du Royaume-Uni de l’Union, donc jusqu’en 2025. Des contrôles douaniers seront toutefois nécessaires, avec nombre d’exemptions souhaitées par le Royaume-Uni, pour faciliter le commerce entre les deux Irlande.

– Pendant les quatre années jusqu’en 2025, des contrôles douaniers devront être établis entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni (la Grande-Bretagne), c’est-à-dire sur la mer d’Irlande, puisque le Royaume-Uni risque de faire évoluer sa législation de manière divergente par rapport à celle de l’UE.

– Après quatre ans, l’Assemblée d’Irlande du Nord décidera si elle reste alignée sur l’Union européenne ou si elle préfère revenir totalement dans la sphère douanière du Royaume-Uni, auquel cas il faudra se résoudre à instaurer des contrôles douaniers entre les deux Irlande.

Selon The Telegraph, les grandes lignes de ce plan ont été communiquées aux capitales des 27 mardi. Londres s’attend à de vives réactions européennes, mais le chef de cabinet de Boris Johnson Dominic Cummings aurait indiqué à de hauts conseillers que si l’UE « rejette notre offre, tant pis ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. d-20180913-3NJ2DX 2019-11-19 19:47:41

    Le procès Deliveroo fixé pour octobre… 2021

  3. © Reuters.

    Meghan et Harry: la sécurité et les finances du couple, deux sujets sensibles

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite