Accueil Opinions Cartes blanches

«Accordez aux mamans le repos dont elles ont besoin!»

Les organisations familiales, le CFFB, les organisations syndicales et les mutuelles, exigent que le temps qu’une mère puisse passer avec son nouveau-né ne soit pas tributaire de son état de santé avant l’accouchement. Lettre ouverte au futur gouvernement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Dans notre pays, si vous tombez malade dans les six semaines qui précèdent la date escomptée de l’accouchement, vous en subissez les conséquences par la suite. Ces jours sont en effet automatiquement convertis en repos de maternité. Le nombre de jours de maladie est ainsi déduit des quinze semaines de repos auxquelles les femmes ont droit en Belgique.

Le congé postnatal est ainsi réduit de quelques jours, voire de quelques semaines. Cette situation concerne en moyenne 1 mère (active ou demandeuse d’emploi) sur 10 sur le marché de l’emploi. Certaines mères peuvent ainsi perdre jusqu’à 6 semaines. Pour 1 mère sur 3, la nature du travail implique une reprise du travail après 9 semaines déjà, car elles sont écartées de leur travail pendant la grossesse en raison des risques trop élevés pour leur enfant à naître.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs