Accueil Sports

Le long chemin de Tarik Moukrime

Après la découverte de son cancer des testicules, le coureur de demi-fond est en train de remonter la pente

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Dimanche, il s’est fait un peu mal, mais c’était plus fort que lui. Lui qui affirme que « le plus dur, c’est de voir courir les autres » n’a pu résister à l’appel du Brussels Grand Prix, le meeting organisé au stade Roi-Baudouin. Réfugié tout en haut de la tribune principale, seul, la casquette vissée sur la tête comme s’il avait voulu la jouer incognito, Tarik Moukrime a tout observé. Puis, après avoir été saluer quelques-uns de ses potes, est reparti à Verviers. Deux-cent cinquante bornes pour s’offrir un plaisir masochiste. En fait, une paille par rapport à ce qu’il a déjà pris dans la figure depuis huit mois.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs