Accueil Belgique Politique

Flandre: la grande valse des présidents de parti

À part à la N-VA et au PTB, toutes les têtes pourraient changer dans les prochains mois à la direction des grands partis flamands. Il faudra particulièrement surveiller le CD&V et le VLD qui cherchent à se réinventer après leur défaite du 26 mai. Miseront-ils sur la jeunesse comme les socialistes ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Pendant qu’on se demande qui remplacera Charles Michel au MR, nos amis du nord du pays sont aussi en train de revoir complètement le casting des présidents de partis.

Le choix de Wouter Beke de se « recaser », en tant que ministre du Bien-être au gouvernement flamand, confirme le bruit qui courait depuis déjà de long mois : il ne sera pas candidat à sa succession à la tête du CD&V.

Selon le rapport des « 12 apôtres », ces élus du CD&V chargés d’étudier les causes du recul historique enregistré le 26 mai (15,4 %), un ou une nouvelle président.e devrait être élu avant Noël. Une recommandation qui aurait pu être une simple formalité si Hilde Crevits s’était présentée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs