Accueil Monde Amériques

Le Pérou dans sa pire crise institutionnelle depuis 30 ans

Le président a dissous le Parlement, qui a lui-même démis le président. Un bras-de-fer entre tentative de moralisation et protection des corrompus.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Un président qui décide de dissoudre le Parlement. Un Parlement qui riposte en suspendant le président pour un an. Une vice-présidente qui prête serment comme cheffe de l’État, avant de changer d’avis et de démissionner. Non, ce n’est pas un épisode de House of Cards, cette série de fiction décrivant les turpitudes de la vie politique américaine. Ce sont les derniers soubresauts de la vie politique au Pérou.

Pour tenter de comprendre les enjeux du moment, un petit retour en arrière s’impose. Le président, c’est Martin Vizcarra. Cet ancien gouverneur reconnu pour sa probité était depuis 2016 vice-président du président Pedro Pablo Kuczynski. Lorsqu’en mars 2018, ce dernier a été forcé de démissionner après avoir été mis en cause dans une affaire de corruption, Vizcarra lui a succédé au poste de chef de l’Etat.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs