Accueil Belgique Politique

Bouchez officiellement candidat à la présidence: «Voici mon projet pour porter le MR à 30% en Wallonie et à Bruxelles»

Georges-Louis Bouchez annonce officiellement sa candidature à la présidence du MR. Il développe un projet qui s’appuie sur une large participation et sur « la dimension progressiste » du libéralisme.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Après Denis Ducarme, une deuxième personnalité libérale annonce sa candidature à la présidence du MR : le Montois Georges-Louis Bouchez, 33 ans, sénateur coopté, délégué général et porte-parole du parti. Ce n’est pas une surprise, mais c’est officiel, cette fois. Les prétendants ont jusqu’au 11 octobre pour se manifester. Le vote des militants se déroulera à partir du 21 octobre. Le dépouillement est fixé au 12 novembre.

Donc, vous serez bien candidat…

Oui, j’ai décidé de me porter candidat à la présidence du MR. Depuis quatre ans, je parcours les sections, mais depuis un mois, j’ai entamé des consultations plus approfondies. Au terme de celles-ci, je considère qu’il y a assez d’éléments de convergence pour rassembler largement autour d’un projet.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Lambotte Serge, vendredi 4 octobre 2019, 0:06

    Le MR était à 40 pourcent et Zozo voudrait l'amener à 30,moi pas comprendre.

  • Posté par Esquenet Alexandre, jeudi 3 octobre 2019, 23:02

    Pitié

  • Posté par Stroobants Nathalie, jeudi 3 octobre 2019, 22:44

    Barre à (l'extrême) droite toute

  • Posté par Carré Albin, jeudi 3 octobre 2019, 15:40

    Le MR progressiste, il a de l'humour ce jeune homme! Attention tout de même au parquet, les dents longues risquent de laisser des traces...

  • Posté par Philippe Lesieur, jeudi 3 octobre 2019, 13:48

    Hé oui, ça s'appelle le changement et souvent ça fait peur. Mais les anciens n'avaient pas été si bons que cela. Et puis,deux présidents à Mons, ça serait bien, surtout que ces deux là se connaissent bien.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs