Une guerre nucléaire entre l’Inde et le Pakistan refroidirait le climat mondial, selon des chercheurs

Une guerre nucléaire entre l’Inde et le Pakistan refroidirait le climat mondial, selon des chercheurs
AFP

Le scénario catastrophe commence par l’attaque en 2025 du parlement indien dans laquelle la plupart des dirigeants sont tués. L’Inde réplique en envoyant ses chars dans la partie du Cachemire contrôlée par le Pakistan.

Craignant une invasion totale, Islamabad attaque les forces indiennes avec de petites bombes nucléaires dites « tactiques », après quoi l’escalade est inévitable et mène à la guerre la plus terrible qu’ait connue l’humanité, avec une centaine de millions de morts immédiats et un refroidissement catastrophique du climat causé par l’éjection dans l’atmosphère de colonnes de fumées noires.

Ces événements imaginaires sont modélisés, avec rigueur scientifique, par des chercheurs dans une étude publiée mercredi dans la revue Science Advances aux Etats-Unis, alors que les tensions entre les deux pays au Cachemire sont reparties à la hausse cet été.

« Malheureusement, c’est d’actualité »

Inde et Pakistan ont environ 150 têtes nucléaires chacun dans leur arsenal, et devraient en avoir plus de 200 d’ici 2025.

« Malheureusement c’est d’actualité, car l’Inde et le Pakistan sont toujours en conflit à propos du Cachemire, et chaque mois des gens meurent à la frontière », dit à l’AFP Alan Robock, professeur de sciences environnementales à l’université Rutgers aux Etats-Unis, et l’un des auteurs de l’étude.

Les chercheurs estiment que jusqu’à 125 millions de personnes pourraient être tuées en cas d’utilisation de bombes de 100 kilotonnes (soit six fois Hiroshima). La Seconde Guerre mondiale a fait de l’ordre de 75 à 80 millions de morts.

Mais ce ne serait que le début. Entre 16 et 36 millions de tonnes de suies seraient rejetées dans l’atmosphère par les gigantesques explosions et incendies, estiment les auteurs.

Des conséquences catastrophiques

Ces suies absorberaient les rayons du soleil, réchaufferaient l’air et feraient monter la fumée dans les couches supérieures de l’atmosphère, ce qui réduirait de 20 à 35 % la lumière atteignant la Terre.

La baisse de température à la surface serait de 2 à 5ºC, et les précipitations réduiraient de 15 à 30 %.

Les conséquences seraient des pénuries alimentaires, pendant des années et jusqu’à une décennie, pour l’ensemble de la planète.

« J’espère que les gens retiendront de notre étude que les armes nucléaires ne doivent vraiment jamais être utilisées, ce sont des armes de génocide de masse », dit Alan Robock. « Deux pays avec un relativement petit nombre d’armes nucléaires de l’autre côté de la planète menacent le monde entier, on ne peut pas les ignorer », dit-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite