Bruxelles: nouvelle peau et nouvelle vie pour City 2 (vidéo)

City 2 apparaît aujourd’hui sous une forme  plus moderne  et contemporaine.  Mais pour que  le lifting soit complet,  il manque encore les  façades extérieures.
City 2 apparaît aujourd’hui sous une forme plus moderne et contemporaine. Mais pour que le lifting soit complet, il manque encore les façades extérieures. - F.Blaise.

Qui ne connaît pas le centre commercial City 2 à Bruxelles ? Jeudi dernier était organisée une cérémonie de ré-inauguration du centre commercial situé au croisement de la rue Neuve et du boulevard du Jardin Botanique, en plein cœur de la capitale. Une institution en matière de shopping urbain plantée sur 4 niveaux et 34.000 m2, dont la naissance remonte à 1978. Elle accueille aujourd’hui plus de 13 millions de visiteurs par an.

Propriété d’AG Real Estate, le centre vient de subir un important lifting. Coût : 40 millions d’euros. Vingt mois de travaux ont été nécessaires pour redonner un nouveau visage à un complexe qui en avait grandement besoin. Réalignement des vitrines des magasins, refonte totale des plafonds pour y faire passer de nouvelles techniques, rénovation des sols, remplacement des colonnes existantes par des éléments plus modernes, nouvelle décoration des entrées et des couloirs : le bras immobilier du groupe assureur n’a pas lésiné sur les travaux qui, et c’est à souligner, ont tous été effectués pendant la nuit pour permettre à City 2 de continuer à fonctionner presque comme si de rien n’était.

Salle à manger de 400 places

Aujourd’hui, le centre commercial présente une offre commerciale augmentée de 16 nouvelles enseignes, dont certaines exclusives à Bruxelles et même en Belgique. City 2, c’est aussi devenu un endroit branché pour se restaurer avec l’apparition au sous-sol d’« Eats », un food court de 1.500 m2 avec plus de 400 places assises et une offre d’une vingtaine d’enseignes dédiées aux plaisirs de bouche, parmi lesquelles l’enseigne de burgers et frites Five Guys ou encore Copper Branch, la chaîne d’alimentation bio. Depuis son ouverture, l’endroit qui doit son design à Youstudio ne désemplit pas les midis, à tel point que les propriétaires se demandent à présent s’ils n’ont pas prévu trop peu de places assises. « Rénover le City 2 en maintenant son exploitation maximale fut un véritable tour de force », explique Amaury de Crombrugghe, le CIO d’AG Real Estate. « Nous y avons porté une attention toute particulière et multiplié les interactions avec le public et les retailers pour maintenir cette activité. Nous pouvons désormais dire que City 2 est devenu un concentré de découvertes commerciales, de plaisirs gustatifs et d’offres de services variés. »

Chez AG Real Estate, on insiste également sur l’impression générale qui se dégage aujourd’hui quand on déambule dans le centre. « Les travaux de redéveloppement ont complètement transformé la circulation intérieure. Dès l’entrée en son centre, depuis la station de métro Rogier ou depuis la rue Neuve, on perçoit un environnement convivial, une fluidité de passage et le client est emporté dans un autre univers, plus aéré et spacieux. La lumière naturelle prend de l’ampleur grâce à la création d’un nouvel atrium et à la rénovation des deux atriums existants. »

A la barre de cette méga-rénovation, on retrouve le bureau Altiplan. « Nouvelle lisibilité, nouveau concept, nouveau food court, nouvelles enseignes pour faire de ce lieu d’accès important à la cité une fenêtre ouverte sur la Ville, qui lui donnent plus de convivialité et qui génère l’envie de s’y attarder, tels sont les nouveaux atouts de City 2 », explique fièrement l’architecte Charles-Albert van Hecke.

Un nouveau permis

Outre les enseignes du food court, City 2 compte à présent environ 80 commerces. De nouveaux services ont également été mis sur pied : un service digital de livraison sécurisée, un partenariat avec Deliveroo, une carte-cadeau elle aussi relookée ou encore une application de fidélité qui récompensera les visiteurs assidus du centre commercial.

On notera toutefois que le nouveau City 2 n’est pas encore tout à fait achevé puisqu’il manque un point tout de même essentiel : les nouvelles façades. Mais pour cela, il faut attendre les permis…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • L’informaturc royal

    Depuis la disparition de Laurel & Hardy puis de Jerry Lewis & Dean Martin, les duos n’ont plus la cote. Ceux d’aujourd’hui ont perdu la recette magique qui assurait le succès de leurs glorieux prédécesseurs.

    Trois trios d’informateurs royaux sans le moindre applaudissement. Et, avait-on jamais vu ça : des acteurs qui demandent eux-mêmes des bis et des prolongations et non le public ?

    Certains songent pourtant à prolonger l’expérience en lançant le couple De Wever-Magnette. Inutile. Il ne fera pas plus recette que leurs collègues même si ces deux-là ont plus de gags à leur répertoire.

    Le prochain informateur idéal

    Les temps ont changé. On est à l’ère du stand-up. Un homme seul pour assurer le spectacle. Ça tombe bien, on en a un justement sous la main, qui présente toutes les qualités requises, plein de surprises, indépendant de tous...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite