Accueil Société

Marcel Habran, le dernier roi de la pègre belge

Marcel Habran, 82 ans, quittera la prison, un bracelet électronique à la cheville, ce mercredi. Il avait sollicité cette faveur pour pouvoir s’occuper de son épouse malade. Lundi, le tribunal de l’application des peines de Bruxelles a accédé à sa demande. Portrait.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Marcel Habran est une figure de l’époque où les méchants n’étaient pas des barbus radicalisés. Lui, il a toujours porté beau : chemises, vestes pied-de-poule, chevelure soignée et tchatche à l’avenant – il n’a pas fait d’études mais il est cultivé et s’exprime avec aisance. Une façon, sans doute, de tenir son rang : Marcel Habran a été le dernier roi de la pègre belge.

A tort (parfois) ou à raison (souvent), son nom – qu’il ne tient pas de son père qui fit désaveu de paternité – a été associé, un bon quart de siècle durant, à tous les coups fumants à une époque où les braquages pouvaient encore rapporter gros.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs