L’Europe a connu 23 tueries de masse par armes à feu en 10 ans

L’Europe a connu 23 tueries de masse par armes à feu en 10 ans
Reuters

341 personnes sont mortes. 341 personnes tuées par arme à feu au cours d’une fusillade où plusieurs victimes étaient visées. L’étude « Armed to kill » publiée ce jeudi par Nils Duquet, chercheur à l’Institut flamand pour la paix, revient sur ces 23 tueries de masse qui ont frappé 15 pays européens, de 2009 à 2018.

Dans la liste, cinq fusillades ont pour motif le terrorisme islamiste. Les deux attentats de Paris de 2015 (à la rédaction de Charlie Hebdo en janvier, puis au Bataclan en novembre), viennent d’ailleurs considérablement alourdir le bilan humain de ces tueries. 130 morts rien que pour les attentats de novembre à Paris et Saint-Denis.

Deux crimes d’inspiration d’extrême droite – comme la tuerie d’Utoya en 2011 commise par le suprémaciste blanc Anders Breivik (67 victimes décédées) – font aussi partie de la liste.

La Belgique a connu deux fusillades de masse ces dix dernières années : celle sur la place Saint-Lambert de Liège, en 2011, et l’attentat au Musée juif de Bruxelles, en 2014.

Souvent par voie légale

« Cependant, la majorité des tueries de masse en Europe ne sont pas motivées par le terrorisme », souligne le rapport. « Les auteurs sont des gens avec un certain ressentiment. Parfois, il s’agit d’incidents avec des membres de la famille, ou d’autres connaissances, qui deviennent incontrôlables. Mais souvent, les victimes sont étrangères à l’auteur. »

Le chercheur, spécialiste des armes à feu, s’est surtout intéressé aux outils utilisés pour tuer. Il a dénombré 59 % d’armes de petit calibre ou encore 39 % d’armes semi-automatiques. Dans la moitié des cas, l’auteur avait acquis son ou ses armes à feu par la voie légale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous