Accueil Monde Asie-Pacifique

Hong Kong: cibler les reporters, toujours un mauvais signe

La violence policière augmente à Hong Kong, et notamment contre les journalistes. Coincé face à une situation qui dégénère, le gouvernement de Carrie Lam pourrait avoir recours à une loi d’exception.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Depuis qu’un policier a tiré à bout portant sur un jeune manifestant le jour de la fête nationale chinoise, la colère des protestataires de Hong Kong a encore grimpé de plusieurs crans. L’adolescent de 18 ans, hospitalisé après avoir été touché juste à côté du cœur, va être poursuivi pour avoir pris part à une émeute : il risque jusqu’à 10 ans de prison.

Même si la police clame qu’il s’agissait de légitime défense, des citoyens de tous âges ont manifesté en scandant : « Pas d’émeutiers, seulement de la tyrannie ». Et brandi des posters : « Ne tirez pas sur nos enfants ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs