Accueil Opinions Chroniques

Tartine et boterham

Avec la N-VA aux affaires en Flandre, on peut craindre que, pour rester dans les « canons » si chers à Bart De Wever, l’on célèbre l’écrivain Cyril Verschaeve plutôt que Tom Lanoye ou Hugo Claus.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

Pourquoi diable Jambon a-t-il voulu un si épais programme, trois cents pages, pour expliquer la matrice de son premier gouvernement ? Il y a vraiment beaucoup, beaucoup de gras dans ce fouillis. Alors que le génial écrivain Tom Lanoye (dans Troisièmes noces) a réussi à résumer en deux phrases seulement ce que souhaite vraiment le trio qui a signé ce pensum : « Je ne connais pas de symbole plus consternant de notre époque. Des centaines de milliers de gens qui restent à la maison, les rideaux baissés, accrochés à leur boîte à images, crevant de trouille du monde extérieur ».

Un espace dans lequel les gens se tiennent cois, se regardant et se surveillant les uns les autres pour éviter qu’une goutte de sang impur abreuve leurs sillons. Voilà le rêve des trois coauteurs. La politique de la citadelle assiégée alors que la Flandre a longtemps donné l’image d’une région ouverte sur le monde.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Carré Albin, mardi 8 octobre 2019, 21:05

    Triste Flandre racrapotée sur elle-même

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs