Accueil Sports Autres sports

Mondiaux de gym: «Pour Nina Derwael, la pression était plus intense que jamais», explique Marjorie Heuls

Emmenée par sa championne du monde, la Belgique a tenu son rang sur le chemin de la qualification, pour la finale mondiale et surtout pour les JO de Tokyo. Il faudra cependant patienter jusqu’à samedi soir pour connaître le verdict définitif.

Temps de lecture: 4 min

Même dans la pénombre qui enveloppait l’Arena de Stuttgart ce vendredi matin, on pouvait la percevoir. La palper en ouvrant la main, au cœur de tribunes déjà sacrément garnies. La pression, la tension, la nervosité, en un mot comme en cent ce stress qui perfore les entrailles n’a épargné personne, pas même une championne du monde de l’expérience de Nina Derwael. En ouvrant son exercice aux barres asymétriques, l’agrès pour lequel elle semble avoir été conçue et qui l’a muée en star mondiale de la gym, la Trudonnaire (19 ans) concédait avoir ressenti une appréhension. « C’est l’exercice qui devait apporter un plus significatif au total de l’équipe, sur le chemin de la qualification pour Tokyo. Deux points de plus, minimum. » Déterminant.

Un billet pas encore validé

Sans briller de mille feux, la championne du monde et double championne d’Europe rendait une copie propre (15.141), donnant le ton à un groupe tonique et homogène qui, au bout des quatre rotations (sol, saut, barres asymétriques et poutre), a pris la bonne direction, celle de Tokyo. Et ce, même si le billet n’est pas encore validé – il ne pourra l’être que samedi soir, après le passage de toutes les nations.

GERMANY ARTISTIC GYMNASTICS WORLD CHAMIONSHIPS FRIDAY

Malgré quelques hésitations à la poutre, l’exercice mentalement le plus ingrat et ardu, la Belgique avait le sentiment du devoir accompli en quittant les praticables de Stuttgart vendredi midi. « Nous pouvons être fières de ce que nous avons montré, nous étions proches de la meilleure réalisation de nos numéros et ce, alors que la pression était incomparable avec celle des entraînements ou d’autres compétitions » résumait la Sportive de l’année, souriante et toujours aussi volubile, face aux médias internationaux.

GYMNASTICS-WORLD-2019

Le total (161,238 points) est certes inférieur au chiffre-pivot que le staff technique avait défini (162 pts), mais incite à un optimisme raisonnable, compte tenu notamment de l’écart creusé avec des pays a priori en concurrence directe pour une place dans le top 12, comme l’Ukraine et l’Australie. « Cela va se jouer à pas grand-chose, mais le positif est de sortir 161 points dans un contexte aussi concurrentiel et tendu » se félicitait la coach, Marjorie Heuls. « Les filles ont été très stables et régulières dans leurs prestations, la qualité présentée, spécialement aux barres asymétriques et au sol (Derwael et Davelooze), m’a vraiment plu. Le premier objectif était de construire un groupe entre deux générations de gymnastes, c’est assumé. Chacune d’elles s’est engagée pour l’équipe, j’en ressors impressionnée, notamment par le plaisir que les filles ont ressenti, et fait partager. »

Derwael a assumé son rôle

Nina Derwael a pleinement assumé son rôle de leader. « Pour elle, la pression était plus forte que jamais. De son travail dépendait en grande partie la qualification du groupe, mais aussi ses qualifications pour les finales du concours général et des barres asymétriques. Nina avait ces trois objectifs dans la tête, elle s’est engagée pour l’équipe. » La Limbourgeoise devrait en outre se qualifier pour le concours général (jeudi 10 octobre) et les barres asymétriques (samedi 12 octobre).

10830684-116

Le job est fait, reste désormais à gérer l’attente, cette incertitude qui devrait perdurer jusqu’à samedi soir et le passage des dernières nations. « On ne pourra pas se passer de jeter un œil sur nos GSM, pour suivre l’évolution de la compétition et du classement » souriait Nina Derwael. « Mais nous avons fait ce que nous avions à faire, le reste ne nous appartient plus. »

Bilan samedi soir. La route des JO est racée, le vent souffle dans la bonne direction.

Les cotes belges

Sol  : Maellyse Brassart 12.766 ; Margaux Davelooze 13.366 ; Nina Derwael 13.600 ; Julie Vansteenkiste 12.200

Saut  : Senna Dericks 13.566 ; Nina Derwael 13.500 ; Maellyse Brassart 13.600 ; Julie Vansteenkiste 14.100

Barres asymétriques  : Maellyse Brassart 13.133 ; Margaux Davelooze 13.166 ; Senna Dericks 13.733 ; Nina Derwael 15.141

Poutre  : Nina Derwael 13.200 ; Margaux Davelooze 12.900 ; Maellyse Brassart 11.733 ; Senna Dericks 12.100

Total  : 161.238

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Autres sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb