«Belfius: vers une vraie banque au service du public»

«Belfius: vers une vraie banque au service du public»
belga

En annonçant que Belfius lançait la carte de crédit pour les très riches qui dépensent jusqu’à 100.000€ par mois, Marc Raisière, président du comité de direction de Belfius et partisan de sa privatisation, clarifiait ses intentions : faire de Belfius une banque attractive pour des investisseurs en se tournant vers une clientèle aisée, mobile et connectée.

Le privé a déjà amplement démontré son incapacité à gérer une banque, et ceux qui ont construit la crise financière continuent sur leur lancée : les fermetures d’agences bancaires se multiplient, réduisant l’accès aux services de base notamment en zones rurales et dans les quartiers les moins favorisés, compliquant l’accès aux moins mobiles et connecté.e.s, licenciant du personnel. L’accès à un compte bancaire est rendu de plus en plus difficile pour les moins favorisé.e.s. C’est qu’il s’agit de maximiser les profits à court terme des actionnaires, pas de fournir un service au public.

Pourtant, les besoins sont multiples : outre l’accès aux services bancaires de base pour tou.te.s, le logement, la transition énergétique, l’entretien et l’adaptation des infrastructures publiques sont autant de chantiers dans lesquels une banque résolument dédiée à servir la population pourrait faire la différence. Il faut donc en revenir aux sources : à quoi peut servir une banque aujourd’hui ?

Une véritable politique bancaire au service de la population

On aime nous faire croire qu’une banque ne fait pas de politique. Face aux énormes défis sociaux et environnementaux que nous connaissons, le service public qu’est la banque a un rôle déterminant à jouer – un rôle éminemment politique.

Belfius est l’une des quatre grandes banques de Belgique, et elle nous appartient à 100 %. C’est une énorme opportunité. Les objectifs qu’une banque publique devrait poursuivre dans l’intérêt de la population sont nombreux, et la société civile dans sa diversité peut jouer un rôle crucial dans la définition de ces objectifs.

Le 29 mars dernier, le collectif « Belfius est à nous » rassemblait 90 personnes issues d’associations diverses ou « simples » citoyen.ne.s. L’objectif était d’esquisser les missions qui devraient être données à Belfius à travers quatre enjeux de société :

– l’accessibilité des services bancaires pour toutes et tous : en 3 ans, 1 agence bancaire sur 5 a été fermée en Belgique, les agences étant de préférence maintenues là où la population est aisée. Or, sans agence de proximité, sans service de base accessible à des conditions praticables, c’est l’exclusion et la dépendance qui pointent – une situation qui touche de plus en plus de personnes à travers le pays – sans parler des milliers de pertes d’emploi.

– le droit au logement pour toutes et tous : la crise du logement abordable est une réalité profonde en Belgique. A Bruxelles elle touche plus d’un tiers de la population, faute de logements sociaux disponibles. Un achat étant souvent inaccessible, ces ménages sont condamnés à louer, souvent trop cher, trop petit, mal isolé, mal localisé, humide, insalubre.

– la transition énergétique : nous savons l’immense défi que constituent le réchauffement climatique et la destruction de la biosphère. La Belgique a pris une série d’engagements en termes d’efficacité énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La mise en œuvre de ces mesures nécessite des investissements importants.

– le financement des infrastructures à l’échelle communale : les règles européennes en matière de budget public, et la charge des intérêts qui pèsent sur les communes sont devenues intenables. Celles-ci ne peuvent plus réaliser les investissements qui sont pourtant nécessaires que ce soit en matière de logement, d’accueil et de soin des personnes âgées, de transport public, d’équipement scolaire ou de santé.

Cette journée de réflexion a montré que Belfius pourra être un contributeur central du financement de la transition écologique, en accordant des prêts à taux plancher pour l’isolation des bâtiments ou en investissant dans les transports publics. Elle pourra contribuer à améliorer l’accès au logement en mettant en place une garantie locative universelle et en se mettant résolument au côté des autorités publiques pour financer du logement social à grande échelle. Elle pourra re-déployer une offre de services de base et de proximité, accessibles à toutes et tous.

Cela suppose de changer de cap – et de s’emparer du sujet : Belfius ne doit plus être considéré comme un centre de profit, mais comme un outil, viable, au service d’enjeux de société devenus vitaux.

A l’heure où les négociateurs mettent en place et négocient coalitions et programmes politiques, il nous paraît essentiel de leur rappeler que la banque est un service public. Les électeurs et électrices ont clairement rejeté la coalition qui voulait privatiser Belfius. Ils ont aussi clairement montré que les objectifs de transition écologique, d’accès au logement, d’accessibilité et de qualité des services sont au centre de leurs préoccupations.

Nous invitons le monde associatif et syndical à soutenir et exiger le maintien de Belfius comme banque à 100 % publique pour la mettre au service de la population. Nous en appelons aussi à une implication citoyenne et populaire pour que Belfius devienne un outil au service de la justice sociale et environnementale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Capture

    Par Chantal Kesteloot, Centre d’Etudes Guerre et Société/Archives de l’Etat

    Cartes blanches

    «A quand une série sur les enfants de la résistance en Belgique francophone?»

  • PHOTONEWS_10832691-027

    Par Un collectif de signataires*

    Cartes blanches

    «Monsieur Close, invoquez l’urgence climatique et joignez-vous à nos débats!»

  • En leur qualité de parties civiles, Carine et Gino Russo, les parents de Mélissa, ne peuvent intervenir dans le débat sur la peine et sur la libération conditionnelle. Ils déplorent que le conseil de Dutroux manipule l’opinion en présentant son client comme la victime d’un système carcéral inhumain.

    Par Patricia van der Smissen, Avocate de Carine et Gino Russo

    Cartes blanches

    Carine et Gino Russo: «Pourquoi Dutroux ne doit pas être libéré»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite