Ligue 1: Claude Puel officiellement nommé à la tête de Saint-Etienne

©News
©News

Claude Puel, 58 ans, qui a signé jusqu’en 2022, succède ainsi à Ghislain Printant suspendu de ses fonctions d’entraîneur peu avant par le club, en grande difficulté en Ligue 1 où il occupe la 19e place.

Les jours de Printant étaient comptés depuis deux semaines et la lourde défaite concédée par les Verts à Angers (4-1).

Des rumeurs insistantes plaçaient l’ancien adjoint sur un siège éjectable dans l’attente de l’arrivée d’un entraîneur de renom. Tour à tour, le retour de Jean-Louis Gasset, dont Printant était l’adjoint l’an dernier, la venue d’Antoine Kombouaré et la signature de Claud Puel ont circulé dans les médias.

C’est donc celle de l’ancien technicien de Monaco (champion de France 2000), de Lille (qu’il a mené en Ligue des champions), de Lyon (2008-2011) mais aussi de Southampton puis Leicester en Angleterre qui a emporté l’adhésion.

Ces derniers temps, Printant avait pourtant réussi à remobiliser les Verts — médiocres mais vainqueurs à Nîmes en L1 (1-0) — et qui ont décroché un nul jeudi soir en Ligue Europa à domicile contre les Allemands de Wolfsburg (1-1).

Ce match sera donc le dernier de Printant en tant qu’entraîneur de Saint-Etienne, lui qui avait été nommé en juin dernier seulement.

Printant sera même reçu dans les prochains jours «par la direction du club pour un entretien relatif à une éventuelle rupture de son contrat de travail.»

Puel lui, inaugurera son règne face à Lyon, où son passage a laissé des traces.

Il avait été limogé à un an de la fin de son contrat de quatre ans avant de perdre devant le conseil des prud’hommes puis sur les différents appels, jusqu’à la cour de cassation en 2016 qui ont rejeté toutes ses demandes d’indemnisations de licenciement alors qu’il réclamait près de sept millions de salaires et de dommages et intérêts.

fjt-fbr/ll

AFP

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite