Destitution de Trump: la Maison Blanche officiellement sommée de livrer des documents au Congrès

Destitution de Trump: la Maison Blanche officiellement sommée de livrer des documents au Congrès
EPA

Les démocrates du Congrès avancent au pas de charge dans la procédure de destitution de Donald Trump et ils ont lancé vendredi une injonction solennelle à la Maison Blanche, la sommant de fournir des documents utiles à leurs investigations.

« La Maison Blanche a refusé de collaborer, ou même de répondre, à de multiples demandes de nos commissions de remise volontaire de documents. Après près d’un mois d’obstruction, il semble évident que le président a choisi la voie du défi, de l’entrave et des opérations de dissimulation », ont écrit les chefs démocrates de la Chambre des représentants dans un communiqué. La présidence a jusqu’au 18 octobre pour obtempérer.

Un peu plus tôt dans la journée, c’est au vice-président Mike Pence que les démocrates s’étaient adressés, certes avec un peu plus de formes. Sans injonction formelle, ils lui ont également demandé des documents pour mieux comprendre les conditions dans lesquelles M. Trump a tenté de faire pression sur son homologue ukrainien pour qu’il ouvre une enquête sur Joe Biden, un de ses principaux rivaux démocrates, et sur son fils.

De nouvelles révélations

Sous pression, le président américain s’est longuement expliqué depuis les jardins de la Maison Blanche, assurant que sa démarche vis-à-vis de son homologue ukrainien n’avait aucune visée électorale et avait pour seul but de lutter contre la corruption dans ce pays.

Car la procédure de destitution lancée par les démocrates a apporté de nouvelles révélations. Des SMS échangés par des diplomates américains, très embarrassants pour le locataire de la Maison Blanche, démontrent que l’administration Trump a bien fait pression sur le président ukrainien pour qu’il enquête sur Joe Biden à l’approche de la présidentielle de 2020.

Donald Trump est sous la menace d’une mise en accusation (« impeachment ») pour avoir demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky --lors d’un appel téléphonique le 25 juillet-- de l’aider à rassembler des informations compromettantes sur Joe Biden, bien placé pour l’affronter en 2020. Les démocrates le soupçonnent aussi d’avoir mis dans la balance une aide militaire destinée à l’Ukraine, qui avait été suspendue par la Maison Blanche cet été.

« Le plus important, c’est que Zelensky dise qu’il aidera l’enquête »

L’un des messages de diplomates rendu public par le Congrès a été envoyé par Kurt Volker, l’ex-envoyé spécial des Etats-Unis pour l’Ukraine, peu avant l’appel entre les deux présidents. « Le plus important, c’est que Zelensky dise qu’il aidera l’enquête », a-t-il écrit le 19 juillet au chargé d’affaires américain à Kiev, Bill Taylor, et à l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne Gordon Sondland.

Puis, plus explosif encore, car touchant au nerf des soupçons démocrates, M. Taylor, un diplomate de carrière, a écrit le 9 septembre à M. Sondland, un important donateur de la campagne Trump : « Comme je l’ai dit au téléphone, je trouve ça dingue de suspendre l’aide sécuritaire en échange d’un coup de main pour une campagne politique ». « Bill, je pense que vous avez tort concernant les intentions du président Trump. Le président a été très clair, pas de contrepartie, d’aucune sorte », répond, tranchant, M. Sondland. « Je suggère que nous arrêtions ces échanges par SMS ».

Les ténors républicains restent silencieux

Donald Trump, qui martèle depuis le début de l’affaire que son échange avec Volodymyr Zelensky était tout à fait approprié, a reconnu que la procédure de mise en accusation allait probablement aboutir à la Chambre des représentants.

Rappelant, dans une menace à peine voilée, qu’il était extrêmement populaire au sein de son parti, le milliardaire a profité de l’occasion pour appeler les républicains à faire bloc au Sénat, où ils sont majoritaires, car c’est là qu’aura lieu un éventuel « procès » si sa mise en accusation est votée à la chambre basse.

Pour l’instant, la plupart des ténors républicains se gardent d’émettre des critiques sur l’attitude de Donald Trump. Mais – fait notable – ils restent largement silencieux et se gardent aussi de voler à son secours.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite