Un incident nucléaire mineur signalé tardivement par le Centre de Mol

Un incident nucléaire mineur signalé tardivement par le Centre de Mol
Pierre-Yves Thienpont

Le Centre d’étude de l’Energie nucléaire (SCK-CEN), situé à Mol (province d’Anvers), n’a pas correctement signalé aux autorités un incident nucléaire datant du 15 mai 2019, lors duquel une quantité infime de radioactivité a été libérée, rapporte Le Soir. «Inadmissible», s’est insurgé le ministre compétent Pieter De Crem (CD&V).

«Les autorités locales n’ont pas été averties par le CEN. Étant donné que les modalités prévues n’ont pas été respectées, une consultation a eu lieu. Les procédures ont été adaptées», a répondu le ministre à une question parlementaire de l’Ecolo Manuel Cogolati. C’est le délai du signalement qui a été particulièrement mis en cause.

Selon les informations rapportées par M. De Crem, douze petits incidents ont eu lieu durant les douze derniers mois dans des installations nucléaires belges. Deux d’entre eux, un au CEN de Mol le 15 mai 2019 et un à l’IRE de Fleurus le 30 novembre 2018, n’ont pas été déclarés aux autorités compétentes conformément aux accords conclus et à la législation.

Les bourgmestres locaux n’ont jamais eu vent de l’incident

La procédure de signalement pour les petits incidents nucléaires prévoit que l’exploitant d’une installation nucléaire prévienne l’Agence fédérale du Contrôle nucléaire (AFCN) dans les deux heures maximum, ainsi que BEL V, filiale de l’AFCN. Ensuite, deux heures maximum après le premier contact, l’exploitant doit envoyer un formulaire de confirmation. La centrale d’urgence 112, la zone de secours concernée, le centre de crise national et les bourgmestres doivent également être avertis dans les deux heures.

Selon une réponse du ministre De Crem, le CEN a averti l’AFCN le 15 mai à 18h30. Mais le cente de crise national n’a été mis au courant que quatre heures plus tard, à 22h16, tandis que les bourgmestres locaux n’ont jamais eu vent de l’incident.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite