Sortie du nucléaire: la ministre Marghem plaide pour un minimum de stabilité

Sortie du nucléaire: la ministre Marghem plaide pour un minimum de stabilité
Belga

La ministre fédérale de l’Energie, Marie-Christine Marghem, a plaidé samedi pour un minimum de stabilité dans les directions politiques par rapport à la sortie programmée du nucléaire alors que le nouveau président d’Electrabel Johnny Thijs a fait part de sa volonté, dans Le Soir, de prolonger pour 20 ans trois réacteurs nucléaires.

« Dans tous les cas, la ministre de l’Energie plaide pour un minimum de stabilité dans les directions politiques que l’on donne afin de favoriser les investissements dans le secteur énergétique particulièrement dans le cadre de la transition. Toute décision doit être mesurée à l’aune de la sécurité d’approvisionnement du pays, du coût pour le consommateur, de l’impact environnemental et du respect des accords internationaux », détaille le communiqué.

Prolonger trois centrales nucléaires : « Une hypothèse irresponsable », selon Ecolo

La ministre a également répété que la loi de 2003 prévoit une sortie du nucléaire en 2025 et que ce seront au prochain gouvernement et à la prochaine majorité de prendre position sur cette question. « Une grande partie de son travail a été et reste consacrée au respect du calendrier de sortie du nucléaire et au développement de sources alternatives d’énergie comme le déploiement du parc éolien offshore en mer du Nord à l’horizon 2030 ou la construction de centrales à gaz d’ici 2025 », est-il encore écrit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10844589-050

    France: condamné, Mélenchon dénonce un «procès politique»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  3. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que toutes les voitures belges

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite