Mondiaux d’athlétisme: les Belgian Cheetahs brisent le record de Belgique et se qualifient pour la finale

photo news
photo news

Les Belgian Cheetahs se sont qualifiées pour la finale du relais 4x400 m dames des championnats du monde d’athlétisme, samedi au stade Khalifa de Doha, au Qatar. Elles décrochant par la même occasion leur billet pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

Hanne Claes, Imke Vervaet, Paulien Couckuyt et Camille Laus, parties du couloir 4, ont pris la 4 de la 2e série en 3:26.58, nouveau record de Belgique. Elles se qualifient au temps. Les trois premières nations de chaque demi-finale et les deux meilleurs chronos repêchés sont en effet assurés d’une place en finale dimanche (20h15).

Les Belges ont terminé 4e derrière les Etats-Unis (3:22.96), la Grande-Bretagne (3:24.99) et l’Ukraine (3:26.57), qui a devancé la Belgique d’un cheveu.

Les Belgian Cheetahs ont signé le 7e temps des demi-finales, dominées par les Américaines, devant la Jamaïque (3:23.64).

Avec leur temps de 3:26.58, les Belgian Cheetahs effacent des tablettes le précédent record (3:27.69) établi par Cynthia Bolingo, Hanne Claes, Justien Grillet et Camille Laus l’an dernier à l’Euro de Berlin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite