Ligue 1: le Paris Saint-Germain écrase Angers (4-0) et consolide sa première place

photo news
photo news

Le Paris SG, privé de Kylian Mbappé mais avec Neymar buteur, a déroulé samedi contre son dauphin Angers (4-0) pour asseoir son emprise sur la Ligue 1 après la 9e journée, avant deux semaines de trêve internationale.

Après que les onze titulaires parisiens se sont réunis en cercle pour échanger des derniers encouragements avant le coup d’envoi, un grand vent de chaleur a saisi le Parc des princes, annonciateur de la belle fin d’après-midi à venir.

Battu par Reims (2-0) dix jours plus tôt, le PSG a rappelé avec autorité son statut de roi régnant en livrant l’un de ses meilleurs matches, contre le deuxième du Championnat qui a pu mesurer que la première place était, finalement, bien loin.

L’écart est désormais de cinq points, mais il paraît un gouffre quand le leader joue à ce niveau-là. Après la victoire chez les Turcs de Galatasaray en Ligue des champions mardi (1-0), c’est la semaine de l’envol pour le club qui a connu trop de remous durant le mercato pour atteindre son altitude de croisière.

Même sans Mbappé ni Edinson Cavani, blessés, ni Marquinhos, malade, l’équipe de Thomas Tuchel a montré qu’elle avait d’énormes ressources, avec trois buteurs — Pablo Sarabia (13e), Mauro Icardi (37e) et Idrissa Gueye (59e) — qui ont trouvé les filets pour la première fois de la saison en Championnat.

Gueye buteur

La superstar Neymar a conclu en toute fin (90e) le festival parisien, d’un but qui n’a pas provoqué de sifflets des supporters, dont certains ne lui pardonnaient pas ses vélléités de retour au Barça — la preuve que tout est allé très bien pour le PSG.

S’il n’a pas pu rôder en septembre son attaque en raison de nombreuses absences, l’entraîneur Thomas Tuchel a surtout gagné la certitude de disposer de l’une des défenses les plus solides du continent — actuellement, la troisième moins perméable des cinq grands Championnats, derrière Bilbao et l’Inter.

Angers, venu au Parc avec le statut de meilleure attaque du Championnat, s’est vu barrer l’accès à la cage parisienne, soit par un tacle de Marco Verratti, soit par une interception de Gueye, les deux hommes forts du milieu parisien.

L’infranchissable duo a fait osprtublier les absences de Marquinhos, et d’un spécialiste au poste de latéral droit, où le milieu Ander Herrera a tenté de limiter les dégâts.

Le gardien costaricien Keylor Navas, une autre bonne pioche du mercato parisien, a aussi apporté son écot, en étant vigilant sur les rares tentatives angevines, notamment la belle frappe de Baptiste Santamaria (33e). Vraiment un après-midi parfait pour le PSG...

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • 10852206-044

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Charleroi-Malines reporté: Mehdi Bayat espère faire réviser la règle

  • PHOTONEWS_10841091-042

    Par Didier Schyns

    Standard

    Standard: Moussa Sissako pour relayer Dimitri Lavalée

  • SOCCER JPL D23 CERCLE BRUGGE VS ANDERLECHT (2)

    Par Stéphane Vande Velde

    Anderlecht

    D1A: un succès miraculeux pour Anderlecht au Cercle

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite