Ligue 1: le Paris Saint-Germain écrase Angers (4-0) et consolide sa première place

photo news
photo news

Le Paris SG, privé de Kylian Mbappé mais avec Neymar buteur, a déroulé samedi contre son dauphin Angers (4-0) pour asseoir son emprise sur la Ligue 1 après la 9e journée, avant deux semaines de trêve internationale.

Après que les onze titulaires parisiens se sont réunis en cercle pour échanger des derniers encouragements avant le coup d’envoi, un grand vent de chaleur a saisi le Parc des princes, annonciateur de la belle fin d’après-midi à venir.

Battu par Reims (2-0) dix jours plus tôt, le PSG a rappelé avec autorité son statut de roi régnant en livrant l’un de ses meilleurs matches, contre le deuxième du Championnat qui a pu mesurer que la première place était, finalement, bien loin.

L’écart est désormais de cinq points, mais il paraît un gouffre quand le leader joue à ce niveau-là. Après la victoire chez les Turcs de Galatasaray en Ligue des champions mardi (1-0), c’est la semaine de l’envol pour le club qui a connu trop de remous durant le mercato pour atteindre son altitude de croisière.

Même sans Mbappé ni Edinson Cavani, blessés, ni Marquinhos, malade, l’équipe de Thomas Tuchel a montré qu’elle avait d’énormes ressources, avec trois buteurs — Pablo Sarabia (13e), Mauro Icardi (37e) et Idrissa Gueye (59e) — qui ont trouvé les filets pour la première fois de la saison en Championnat.

Gueye buteur

La superstar Neymar a conclu en toute fin (90e) le festival parisien, d’un but qui n’a pas provoqué de sifflets des supporters, dont certains ne lui pardonnaient pas ses vélléités de retour au Barça — la preuve que tout est allé très bien pour le PSG.

S’il n’a pas pu rôder en septembre son attaque en raison de nombreuses absences, l’entraîneur Thomas Tuchel a surtout gagné la certitude de disposer de l’une des défenses les plus solides du continent — actuellement, la troisième moins perméable des cinq grands Championnats, derrière Bilbao et l’Inter.

Angers, venu au Parc avec le statut de meilleure attaque du Championnat, s’est vu barrer l’accès à la cage parisienne, soit par un tacle de Marco Verratti, soit par une interception de Gueye, les deux hommes forts du milieu parisien.

L’infranchissable duo a fait osprtublier les absences de Marquinhos, et d’un spécialiste au poste de latéral droit, où le milieu Ander Herrera a tenté de limiter les dégâts.

Le gardien costaricien Keylor Navas, une autre bonne pioche du mercato parisien, a aussi apporté son écot, en étant vigilant sur les rares tentatives angevines, notamment la belle frappe de Baptiste Santamaria (33e). Vraiment un après-midi parfait pour le PSG...

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite