Ligue 1: le Paris Saint-Germain écrase Angers (4-0) et consolide sa première place

photo news
photo news

Le Paris SG, privé de Kylian Mbappé mais avec Neymar buteur, a déroulé samedi contre son dauphin Angers (4-0) pour asseoir son emprise sur la Ligue 1 après la 9e journée, avant deux semaines de trêve internationale.

Après que les onze titulaires parisiens se sont réunis en cercle pour échanger des derniers encouragements avant le coup d’envoi, un grand vent de chaleur a saisi le Parc des princes, annonciateur de la belle fin d’après-midi à venir.

Battu par Reims (2-0) dix jours plus tôt, le PSG a rappelé avec autorité son statut de roi régnant en livrant l’un de ses meilleurs matches, contre le deuxième du Championnat qui a pu mesurer que la première place était, finalement, bien loin.

L’écart est désormais de cinq points, mais il paraît un gouffre quand le leader joue à ce niveau-là. Après la victoire chez les Turcs de Galatasaray en Ligue des champions mardi (1-0), c’est la semaine de l’envol pour le club qui a connu trop de remous durant le mercato pour atteindre son altitude de croisière.

Même sans Mbappé ni Edinson Cavani, blessés, ni Marquinhos, malade, l’équipe de Thomas Tuchel a montré qu’elle avait d’énormes ressources, avec trois buteurs — Pablo Sarabia (13e), Mauro Icardi (37e) et Idrissa Gueye (59e) — qui ont trouvé les filets pour la première fois de la saison en Championnat.

Gueye buteur

La superstar Neymar a conclu en toute fin (90e) le festival parisien, d’un but qui n’a pas provoqué de sifflets des supporters, dont certains ne lui pardonnaient pas ses vélléités de retour au Barça — la preuve que tout est allé très bien pour le PSG.

S’il n’a pas pu rôder en septembre son attaque en raison de nombreuses absences, l’entraîneur Thomas Tuchel a surtout gagné la certitude de disposer de l’une des défenses les plus solides du continent — actuellement, la troisième moins perméable des cinq grands Championnats, derrière Bilbao et l’Inter.

Angers, venu au Parc avec le statut de meilleure attaque du Championnat, s’est vu barrer l’accès à la cage parisienne, soit par un tacle de Marco Verratti, soit par une interception de Gueye, les deux hommes forts du milieu parisien.

L’infranchissable duo a fait osprtublier les absences de Marquinhos, et d’un spécialiste au poste de latéral droit, où le milieu Ander Herrera a tenté de limiter les dégâts.

Le gardien costaricien Keylor Navas, une autre bonne pioche du mercato parisien, a aussi apporté son écot, en étant vigilant sur les rares tentatives angevines, notamment la belle frappe de Baptiste Santamaria (33e). Vraiment un après-midi parfait pour le PSG...

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Carolos et Brugeois (ici Dessoleil et Vormer) ne se sont plus affrontés depuis un peu plus d’un an et un succès des Zèbres (0-1, but d’Angella) au Jan Breydelstadion.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    Bruges au Mambourg, cinq mois plus tard…

  • Ed Woodward et Sir Alex Ferguson.

    Par Rocco Minelli

    Angleterre

    Ed Woodward, le diable de Manchester United

  • @News

    Par François Laurent (avec Ma.St. et VJ)

    Charleroi

    Mata est entré dans une nouvelle dimension

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite