Serie A: l’AC Milan s’impose à la Genoa et s’offre un peu de répit (1-2, vidéos)

epa
epa

Très mal embarqué sur la pelouse du Genoa, l’AC Milan a réussi à renverser la vapeur et s’est finalement imposé 2-1 samedi lors de la 7e journée au bout d’un match fou, qui offre un peu de répit à son entraîneur Marco Giampaolo.

Deux cartons rouges pour des joueurs sur le terrain, deux autres pour des remplaçants trop énervés sur le banc, un penalty réussi, un autre raté… Il s’est passé beaucoup de choses à Gênes avant que Milan puisse souffler et prendre ses trois points.

Le club lombard se replace finalement en milieu de tableau (11e) après avoir longtemps contemplé la zone de relégation, qui était toute proche quand le Genoa menait 1-0.

Les Génois ont, en effet, ouvert la marque sur un coup franc de Schöne (41e), à la trajectoire trompeuse mais que Reina, titularisé au dernier moment à la place de Donnarumma, malade à l’échauffement, aurait dû maîtriser.

Milan était alors au plus mal et les jours de Giampaolo semblaient comptés. Mais le technicien a eu la bonne idée de faire entrer Paqueta et l’ancien Lillois Rafael Leao qui ont largement contribué à faire tourner le match.

Mais c’est d’abord le Français Théo Hernandez qui a égalisé pour le Milan avec une belle action personnelle sur le côté gauche (51e).

Cinq minutes plus tard, Kessié doublait la mise sur un penalty obtenu au bout d’une action de Leao, interrompue par une main de Biraschi, exclu sur le coup (2-1, 56e).

Le match est pourtant resté ouvert, d’autant que Calabria a été exclu à son tour (79e), la partie se terminant donc à 10 contre 10.

En toute fin de match, le Genoa a même à son tour bénéficié d’un penalty mais Reina a cette fois repoussé la frappe de Schöne et Milan a conservé sa victoire.

Le Genoa reste 19e et derrière, il n’y a que l’autre club de Gênes, la Sampdoria, battue 2-0 samedi par le Hellas Vérone. L’entraîneur de la Sampdoria, Eusebio Di Francesco, est très menacé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite