Un train de nuit entre Bruxelles et Vienne dès janvier

Un train de nuit entre Bruxelles et Vienne dès janvier

La société de chemins de fer autrichienne ÖBB prévoit de mettre en service un train de nuit entre Bruxelles et Vienne dès le mois de janvier, a indiqué son patron Andreas Matthä dans une interview accordée au quotidien Wiener Zeitung, samedi. Les Autrichiens souhaitent aussi relier leur capitale à Trieste, dans le nord-est de l’Italie.

L’ÖBB a posté samedi sur Twitter une photo de l’Atomium accompagnée d’un message de bienvenue, sans donner davantage de détails sur la fréquence, l’itinéraire précis et les tarifs de cette nouvelle ligne. Le train de nuit vers Trieste est prévu en 2021, tout comme une nouvelle liaison vers Amsterdam, d’après le Wiener Zeitung.

Les chemins de fer autrichiens proposent déjà différents trains de nuit appelés « night jets », vers des destinations en Allemagne, en Suisse et en Italie.

L’ÖBB s’est par ailleurs fixé comme objectif d’atteindre la neutralité carbone pour ses moyens de transport d’ici 2030, et collabore au développement du rail de la « nouvelle route de la soie » vers la Chine. Vienne comme Budapest (Hongrie) pourraient en devenir les gares de destination, a indiqué Andreas Matthä. L’entreprise aura besoin d’engager 10.000 collaborateurs au cours des prochaines années.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite