Accueil Monde Europe

Lettre d’Europe: le plus grand ennemi du populisme, c’est le désenchantement

« Le Soir » ainsi que ses partenaires de Lena, publient une chronique européenne depuis Paris, Berlin, Madrid, Rome, Varsovie, Genève ou Bruxelles, rédigée par l’un ou l’une des journalistes de ces quotidiens.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Donald Trump et Boris Johnson sont plongés dans un imbroglio dont ils sont les seuls responsables, Matteo Salvini a échoué, temporairement tout du moins, à cause de son arrogance, et l’ancien leader du FPÖ Heinz-Christian Strache a fait les frais de sa grande gueule ivre et corrompue. Et en mai, lors des élections au Parlement européen, la victoire populiste prédite par tant de personnes n’a pas eu lieu. Les choses ne vont pas bien pour l’Internationale illibérale. Le phénomène politique le plus discuté du moment a-t-il dépassé son zénith ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 9 octobre 2019, 10:58

    L'IA et la crise climatique en effet, mais l'auteur des lignes oublie soigneusement de citer la vrai crise du libéralisme mondialisé. La main invisible est une fumisterie. L'inégalité va croissante et tant que cela n''aura pas été réglé (et la crise climatique, et le changement de société soigneusement aménagé de l'IA), il n'y aura pas de repos pour le prince libéral. Or pourtant oui, le libéralisme en ce qui concerne sa définition de société est notre meilleur cap. Mais ce libéralisme doit être tempéré et régulé. Tant en ce qui concerne la juste répartition des ressources, qu'en ce qui concerne la question climatique et l'intelligence artificielle.

  • Posté par Poullet Albert, mercredi 9 octobre 2019, 8:38

    Le capitalisme mondialisé est la cause principale de la misère sociale et du réchauffement climatique !

  • Posté par Vynckier Albert, mercredi 9 octobre 2019, 10:43

    voyons voir, les pays les plus industrialisés consomment chacun plusieurs planètes. c'est donc ça la réussite technoéconomique des pays à la pointe du progrès?

  • Posté par Léon GILLAIN, lundi 7 octobre 2019, 1:06

    Sur l'analyse je peux à peu près suivre . Mais la prospective en un alinéa final, c'est non seulement incohérent et irrationnel, mais ça oublie le caractère INELUCTABLE, dans les circonstances précisées à l'alinéa précédent, d'INSURRECTION du petit peuple désespéré par le désenchantement, les ravages de l'IA et l'appréhension de la catastrophe climatique . A quoi répondrait "nécessairement" un ressac autoritaire à la mesure des craintes engendrées ! Conclusion: FAUT SE BOUGER… ET VIIITE !

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs