Un mannequin à l’effigie de Greta Thunberg pendu sous un pont de Rome

Un mannequin à l’effigie de Greta Thunberg pendu sous un pont de Rome
Twitter

Le parquet de Rome a ouvert une enquête pour menaces aggravées après la découverte d’un mannequin à l’effigie de la jeune militante pour le climat Greta Thunberg pendu sous un pont de la ville, annoncent lundi les médias italiens.

Postée sur les réseaux sociaux, la photo du mannequin portant deux tresses semblables à celles de la jeune activiste suédoise de 16 ans montre également un écriteau attaché au parapet du pont sur lequel est écrit en anglais «Greta is your god» (Greta est ton dieu).

L’image a aussitôt fait réagir la classe politique, la maire de Rome Virginia Raggi (Mouvement 5 Etoiles, antisystème) exprimant sur Twitter la «solidarité» de sa ville envers la famille de Greta Thunberg et le patron du Parti démocrate (gauche, au pouvoir en Italie) Nicola Zingaretti condamnant la «violence macabre» d’un geste dont les auteurs «ne respectent pas les idées qu’ils ne partagent pas».

Greta Thunberg a lancé il y a un an «Friday for future», mouvement appelant les élèves du monde entier à «sécher» les cours le vendredi pour défendre le climat.

Le vendredi 27 septembre, elle avait salué l’importante mobilisation de l’Italie pour cette cause après une manifestation qui avait réuni ce jour-là, selon les organisateurs, un million de jeunes à travers la péninsule à l’appel de «Friday for future Italia».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite