Toby Alderweireld avant la rencontre des Diables contre Saint-Marin: «Nous voulons un beau match et les trois points»

©News
©News

Les Diables rouges sont à 90 minutes d’une qualification pour la phase finale de l’Euro 2020. Une victoire face à la modeste équipe de Saint-Marin jeudi au stade Roi Baudouin et les Belges seront en effet certains d’être présents à l’Euro l’été prochain.

«Nous pouvons nous qualifier pour l’Euro et nous devons essayer de faire mieux que lors de notre match précédent à Saint-Marin (0-4 en septembre, ndlr)», a déclaré Toby Alderweireld devant la presse lundi à Tubize, où les troupes de Roberto Martinez ont entamé leur préparation en vue des rencontres contre Saint-Marin jeudi et au Kazakhstan trois jours plus tard. «Nous avons déjà montré une meilleure réaction contre l’Ecosse. Nous voulons offrir un beau match aux spectateurs et prendre les trois points. Tout le monde pense que ce sera très facile, mais il faut d’abord jouer le match».

Après le match contre Saint-Marin, ce sera un long voyage vers le Kazakhstan, pas le genre de déplacement dont les joueurs raffolent. En outre, le match à Astana sera joué sur gazon artificiel. «Avec les jeunes de l’Ajax, on jouait souvent sur du gazon synthétique, on s’habitue, même si ça remonte à quelques années», dit Toby Alederweireld. «Ce n’est pas idéal pour les muscles. Nous devrons faire de notre mieux. Je ne vais pas raconter d’histoires: c’est un vol de six heures et en tant que footballeur, on n’aime pas cela».

Toby Alderbweireld n’a pas tenu à s’exprimer sur le malaise à Tottenham, qui a encaissé 25 buts en 11 matches, dont 7 la semaine dernière face au Bayern. Le contraste avec les Diables est énorme, l’équipe nationale n’ayant encaissé qu’un seul but en six matches de qualifications, il y a plus de six mois face aux Russes. «C’est une période difficile pour le club», dit le défenseur des Spurs. «C’est peut-être le bon moment pour venir ici et se changer les idées. Il va falloir retrouver des bonnes sensations le plus vite possible. Il y encore quelques mois, on jouait la finale de la Ligue des champions, tout peut changer très vite dans le football. Il est important de signer deux bonnes prestations et de revenir avec un bon sentiment au club. Nous avons aussi un bon groupe chez les Spurs, mais c’est agréable de revenir en équipe nationale, de revoir les Diables et de parler d’autre chose».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite