Accueil Monde Proche-Orient

Donald Trump lâche ses alliés kurdes et se retire du nord de la Syrie

Convaincu par le Turc Erdogan, le président américain annonce le départ de ses soldats du nord de la Syrie. Amers, les Kurdes agitent l’épouvantail Daesh.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

L’un veut « nettoyer » le nord de la Syrie des « terroristes » qui menaceraient sa sécurité. L’autre en a assez de s’occuper de ce conflit et estime qu’« il est temps pour nous de sortir de ces guerres ridicules et sans fin, dont beaucoup sont tribales ». Le premier s’appelle Recep Tayyip Erdogan et est président la Turquie, le second se nomme Donald Trump est préside aux destinées des Etats-Unis. Ces deux hommes se sont parlé par téléphone dimanche. Et le résultat s’affiche comme suit : la Turquie va bientôt entrer en Syrie pour établir une zone (30 km de large, 500 km de longueur) pour garantir sa sécurité et y recaser jusqu’à deux millions de réfugiés syriens actuellement sur son sol, tandis que les USA se retireront de ladite zone et laisseront aux Turcs le soin de s’occuper des prisonniers labélisés Daesh qui s’y trouvent.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Vandersleyen Thomas, mardi 8 octobre 2019, 10:37

    Abandonner les Kurdes en Syrie ouvrirait la voie royale à la Russie, alliée de la Syrie, pour débarquer aux frontières de la Turquie…

  • Posté par De Ronde Michel, lundi 7 octobre 2019, 20:59

    Mr Lambert Guy. C'est sûr que vous avec Dash vous lavez encore plus blanc que blanc la réalité.

  • Posté par Daminet Mireille, lundi 7 octobre 2019, 19:55

    Ce Trump est un vrai salaud et Erdogan , un fanatique nationaliste intégriste. Pauvres Kurdes. Et l’Europe s’en fout, comme d’habitude.

  • Posté par Lambert Guy, lundi 7 octobre 2019, 19:35

    Ca va saigner! Je plains les Kurdes, Erdogan les déteste. Et il aura tout intérêt, après avoir éliminé les Kurdes, laisser une menace Daesh persistante afin de justifier son installation à long terme sur le territoire. Tout le monde va y perdre. Les Européens, comme d'hab, regardent par la fenêtre.

  • Posté par Dechamps Pascal , lundi 7 octobre 2019, 19:10

    Tiens la Turquie va rentrer en grâce sur le F35, voire abandonner les missiles russes ? Voilà un deal de marchand de kilim.

Plus de commentaires

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs