Dedryck Boyata sur son statut chez les Diables rouges: «On sait qu’on peut compter sur moi»

©News
©News

Premier remplaçant de Kompany et Vermaelen à la Coupe du monde, Boyata est davantage utilisé en équipe nationale depuis le Mondial 2018. «Mais cela ne veut pas dire que je vais commencer à exiger quoi que ce soit», a déclaré le Bruxellois lundi avant le premier entraînement des Diables à Tubize. «Avant tout, je veux être sélectionné, le temps de jeu vient après. Je n’ai pas de garanties. Vu mes prestations passées, on sait qu’on peut compter sur moi. Comme toujours, c’est le coach qui décidera. A moi de montrer en club que je mérite d’être appelé».

Le dernier match en équipe nationale de Boyata date du mois de mars face à la Russie. Des blessures au genou puis à la jambe lui ont ensuite fait manquer la fin de la saison dernière avec le Celtic Glasgow et le début de l’actuel exercice avec son nouveau club, le Hertha Berlin. Boyata est maintenant devenu un pion de base du club berlinois, 10e de la Bundesliga. «Les débuts étaient difficiles, car je suis arrivé blessé mais je voulais quand même me montrer. J’ai choisi un championnat difficile. Je voulais jouer dans un des trois gros championnats européens après toutes mes années au Celtic. Je veux aussi me faire remarquer en Belgique par mes prestations en club, pour continuer à être sélectionné. Le Hertha est un club ambitieux. Nous sommes en milieu de classement mais à 4 points de la 3e place. L’ambition est de finir dans le top 6 et jouer la Coupe d’Europe».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite